Arrêt du 7 mai 1579 condamnant au feu les Mémoires de l’état de France sous Charles IX (seconde édition, 1578)

Introduction (A. Legros, 07/03/2015)
Ressources

Introduction

Ce n’est pas, comme on le dit parfois, le Discours de la servitude volontaire de La Boétie qui a été brûlé à Bordeaux sur la place de l’Ombrière, mais les trois volumes d’une contrefaçon de la seconde édition (1578) des Memoires de l’estat de France sous Charles IX où ils prenaient place, anonymement, parmi plus de 250 autres pièces.

Mal connu, l’arrêt du 7 mai 1579 prononcé par la Cour de Parlement de Bordeaux sous la présidence de Jacques Benoist de Lagebaston et au rapport du conseiller Gentilz expose les attendus du jugement qui a condamné l’ensemble de cet ouvrage au feu et les deux libraires bordelais qui l’avaient mis en vente, Guillaume Fontaine (vers 1549 – vers 1582) et Blaise Destadens (vers 1559 – 1608), à une amende de 45 écus sol à verser au profit des pauvres de l’hôpital, avec interdiction faite à tout libraire de la ville de détenir et de vendre ces Memoires sous peine de mort par pendaison. Les trois éditions de 1578, contrefaçon incluse, comprenaient, parmi d’autres pièces nouvelles, plusieurs pages relatives aux massacres de la « Saint-Barthélemy » bordelaise perpétrés à partir du 3 octobre 1572. Parmi les massacreurs nommément désignés, certains appartenaient à des familles de notables de la ville, ce qui peut avoir conduit les juges de la Cour à estimer le livre examiné non seulement « scandaleux », mais « diffamatoire ».

Les deux libraires incriminés avaient-ils été soupçonnés d’accointance avec « ceux de la Religion » ? Condamnés par le maire d’alors (le maréchal de Biron, prédécesseur de Montaigne) et les jurats de la ville en première instance, ils avaient fait appel de cette décision pour obtenir le renvoi de leur procès devant la Chambre de justice tripartie établie à Agen par le roi en 1578, laquelle comprenait un tiers de protestants. Jugeant donc en appel, la Cour de Parlement de Bordeaux ne donne pas suite à leur requête, mais elle allège la condamnation en épargnant aux deux libraires l’infamie de l’amende honorable et le bannissement.

On trouve de fait le nom de Blaise Destadens dans la liste des imprimeurs-libraires bordelais de 1608 (selon E. Labadie, Notices biographiques sur les imprimeurs et libraires bordelais, Bordeaux, 1900, p. 31) et celui de Guillaume Fontaine dans un « Ordonnancement de [la] chambre de justice de Guyenne pour le paiement de divers livres », daté du 12 juin 1582 : « La court a ordonné et ordonne à Maistre Estienne Gault, receveur des exploicts et amendes d’icelle, bailler et payer contant des deniers de sa charge, à sçavoir A Guillaume Fontaine, marchand libraire de cette ville de Bourdeaux, la somme de neuf escus sol deux tiers d’escus, pour avoir par luy fourny pour le service de ladite court ung Cours de droit civil estant en cinq volumes ; Et à Symon Milanges, aussi marchant libraire de ladite ville de Bourdeaux, la somme de cinq escus d’or sol deux tiers d’escus trois sols tournois, pour avoir par ledict Milanges fourny pour le service de ladicte court deux tomes d’Ordonnances avec les Coustumes de Guyenne et Edicts de pacification, et ce suivant le marché faict avec lesdicts Fontaine et Milanges par deux des conseillers de ladicte court, par elle commis et députés. » (Archives historiques de la Gironde, VI, 1864, p. 9).

Il n’existe à ce jour qu’une transcription de cet arrêt : celle que Gabriel Loirette a publiée dans les Archives historiques du département de la Gironde, 1933, p. 52-53.

Alain Legros
Le 10 novembre 2016

Ressources

Arrêt du 7 juin 1579 recto, Archives départementales de la Gironde. Photo A. Legros.

Arrêt du 7 juin 1579 recto, Archives départementales de la Gironde. Photo A. Legros.

Arrêt du 7 juin 1579 verso, Archives départementales de la Gironde. Photo A. Legros.

Arrêt du 7 juin 1579 verso, Archives départementales de la Gironde. Photo A. Legros.

Transcription par Gabriel Loirette dans les Archives historiques du département de la Gironde, 1933, p. 52-53.

Transcription par Alain Legros

Une réflexion au sujet de « Arrêt du 7 mai 1579 condamnant au feu les Mémoires de l’état de France sous Charles IX (seconde édition, 1578) »

  1. Ping : Éditer Montaigne | Avancement & poursuites | Bibliothèques Humanistes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.