Archives de catégorie : Arrêts au rapport de Montaigne

Montaigne dans les Registres Secrets du Parlement de Bordeaux

Localisation : Archives municipales de Bordeaux, Bibliothèque nationale de France (Manuscrits)

Introduction (A. Legros, 27/09/2016)
Photographies

Introduction

Outre les pièces originales, groupées par liasses, des arrêts ou dicta au rapport de Montaigne et le signalement de sa présence comme conseiller au bas d’autres dicta rapportés par tel ou tel collègue, qui nous renseignent, avec précision de mois et de jour, sur l’activité de Montaigne comme juge aux Enquêtes, nous disposons d’une autre source trop souvent négligée, où son nom figure dans les listes de conseillers admis à siéger au début de chaque année parlementaire. Il s’agit d’une copie manuscrite du XVIIIe siècle, intitulée, année par année, Registre secret du Parlement de Bordeaux Commençant le […] Recuielli [sic] et mis en ordre Par les soins de François Martial de Verthamon D’ambloy, Bordeaux 1770. Cette copie est conservée aux Archives municipales de Bordeaux (AmB). Les registres propres aux années 1557-1570 intéressant Michel Eyquem de Montaigne se trouvent aux tomes 7 à 19. On doit déplorer toutefois quelques lacunes, et l’original du registre de 1567-1568 avait déjà disparu au temps de Verthamon.

Continuer la lecture

Arrêts du Parlement de Bordeaux au rapport de Montaigne

Localisation : Archives départementales de la Gironde

Introduction (A. Legros, 31/01/2014)
Fac-similés
Édition et glossaire (A. Legros, 2013)
Édition XML-TEI

Introduction

Les Archives Départementales de la Gironde conservent, dans des liasses classées par Gabriel Loirette au siècle dernier, 47 arrêts manuscrits du Parlement de Bordeaux au rapport de Montaigne. Arrêts ou plus exactement dicta, car ces textes, élaborés par les conseillers siégeant dans la Première des deux Chambres des Enquêtes du Parlement de Bordeaux qui jugeaient en appel, n’allaient devenir arrêts au sens propre qu’une fois lus à haute voix et validés par la Grand Chambre. Écrits par le relator (rapporteur) ou bien sous sa dictée, à tout le moins sous son contrôle, ils étaient signés par le président de la Chambre, qui fixait le montant des épices dues au rapporteur et aux commissaires, puis par le rapporteur lui-même, qui dressait la liste des conseillers présents par ordre d’ancienneté et de préséance ou d’« entrée », avant que le greffier n’indique au bas de l’acte la date du procès et parfois en marge le montant des amendes ou des dépens. Si l’on excepte les interventions nécessaires du président et du greffier, dix de ces dicta sont entièrement écrits de la main de Montaigne en écriture humanistique. Les trente-sept autres, en gothique cursive, ont été écrits par deux ou trois mains différentes, avec parfois des corrections ou additions du rapporteur, qui les signe tous « michel de mõtaigne » à une exception près. Pour trente-cinq d’entre eux, il a écrit lui-même en une ou deux colonnes la liste des président(s) et conseillers présents. Dans tous les cas, son propre nom vient en fin de liste, le plus souvent suivi de la mention « rapporteur » ou relator, abrégée ou entière.

Continuer la lecture