Archives par mot-clé : librairie

Nouvelle mouture des « Vestiges de la bibliothèque de Montaigne »

Mise en ligne par les BVH le 9 janvier 2015 et établie par Alain Legros, la nouvelle mouture des « Vestiges de la bibliothèque de Montaigne », qui rassemble un peu plus d’une centaine de volumes, est plus qu’une simple mise à jour de la précédente. Tenant compte de la récente publication de B. Pistilli et M. Sgattoni sur La biblioteca di Montaigne, elle se déleste d’un certain nombre de données désormais imprimées, récapitule l’essentiel de ce qu’on sait, discute des cas prêtant à controverse, et fait surtout état de nouvelles découvertes, qui s’ajoutent à celles de nos amis italiens.
> Consulter la liste de la « librairie » mise à jour

Un millier de notes de Montaigne sur son exemplaire de Lucrèce

Déjà en ligne sur le site des BVH, le fac­-similé intégral du Lucrèce annoté par Montaigne (original à Cambridge) et la transcription du millier de notes autographes qu’il contient (par A. Legros, et selon trois versions) n’attendait plus que son introduction pour apparaître dans la liste des ouvrages contenant des notes de lecture de Montaigne. C’est chose faite.
> Introduction et édition par Alain Legros
> Fac-similé en ligne sur les BVH

Publication des quelque 700 notes de Montaigne et de son secrétaire sur un César de 1570

Montaigne admirait César, dont il blâmait pourtant l’ambition toute dictatoriale. On peut le lire dans ses Essais, mais aussi, à une époque où le grand livre était encore en cours de rédaction, dans les notes manuscrites laissées sur le César de 1570 conservé à Chantilly. En particulier dans une longue note de synthèse autographe sur la Guerre civile, dont la lecture a été achevée en février 1578, quelques mois avant celle de la Guerre des Gaules. Deux mains : celle d’un probable secrétaire lisant à haute voix, écrivant sous dictée ou contrôle, et qui s’arrête au milieu de ce dernier récit ; celle de Montaigne qui, prenant le relais, intervient dans le champ du premier scripteur, achève son travail sur le premier commentaire, et couvre l’ensemble du second, attentif à la diversité des mœurs, aux techniques, à la géographie, aux caractères individuels, à la stratégie militaire, aux morts exemplaires.
> Introduction et édition par Alain Legros

Publication inédite d’autographes de Montaigne en marge de son exemplaire de Franchi Conestaggio

Conservé à la Bibliothèque municipale de Bordeaux (Mériadeck), un exemplaire du livre italien de Franchi Conestaggio sur l’union du Portugal à la couronne de Castille (Gênes, 1585) contient non seulement la signature de Montaigne au titre, mais aussi une note autographe et un certain nombre de signes également autographes qui signalent son intérêt pour tel ou tel passage, en particulier ceux où il est question de Français et celles qui décrivent des morts édifiantes au combat. Celle de Moleï Moluc, roi de Fez, qui a inspiré une longue addition des Essais posthumes, avait d’abord été mise par écrit sur l’Exemplaire de Bordeaux par Marie de Gournay dès l’été 1588. Le présent inédit doit son existence à une heureuse observation de Toshinori Uetani (BVH).
> Introduction et édition par Alain Legros

Publication inédite : Plus de 200 notes autographes de Montaigne en marge d’un Térence de 1538

Le Térence que Montaigne avait annoté de sa main fait partie d’une collection particulière. Les BVH ne sont malheureusement autorisées à en diffuser que quelques images numériques. Les transcriptions et traductions renouvelées d’A. Legros permettent néanmoins de montrer le grand intérêt de ces annotations en latin et en grec, rédigées à 16 puis à 20 ans (deux ex-libris). De quoi mesurer tout ce que devait le jeune homme à ses années de collège : exigences grammairiennes, attention philologique, éveil à la philosophie morale, pratique de la sentence, et même familiarité avec le théâtre. Dans ses Essais, Montaigne dira plus tard qu’il n’a cessé toute sa vie de relire Térence, toujours avec autant de plaisir que de profit.
> Introduction et édition par Alain Legros

Publication des présentations et des éditions des 47 arrêts du Parlement de Bordeaux au rapport de Montaigne

Conservés aux Archives Départementales de Gironde parmi de multiples autres dicta du Parlement de Bordeaux, ces manuscrits originaux permettent de se faire une idée du travail de Montaigne magistrat, mais aussi, plus largement, des manières de procéder, dire et écrire des conseillers du roi siégeant dans l’une des quatre chambres de cette cour. Longtemps après P. Bonnefon et de façon bien plus minutieuse, Katherine Almquist, jeune universitaire récemment décédée, a exploré ces milliers de feuilles à la recherche du nom de Montaigne. Grâce à un partenariat entre les BVH et les AD33, la publication des fac-similés numériques de ces 47 pièces (dont 10 entièrement autographes) achèvera bientôt cette partie du chantier qu’elle avait entrepris, et auquel elle avait un jour souhaité associer A. Legros qui, en tout état de cause, lui devait de transcrire ou retranscrire dans les meilleurs délais l’intégralité de ces documents (10 déjà publiés, 37 inédits).
> Introduction et édition par Alain Legros

Les annotations de Montaigne, notes de lecture et autres documents privés

Parmi les livres de la bibliothèque de Montaigne, plusieurs présentent l’intérêt d’avoir été annotés par Montaigne lui-même à divers âges. Leur numérisation est pour A. Legros l’occasion de reprendre l’édition de ces notes selon trois états successifs (diplomatique, régularisé, modernisé) sur le modèle du Lucrèce déjà en ligne. Son édition renouvelée des inscriptions peintes au plafond permet en outre, par un jeu de couleurs, de mieux apprécier les différences de lisibilité des lettres, de revoir les traductions et d’ajouter deux sentences aux 66 déjà publiées.
> Lire l’article Les annotations de Montaigne, notes de lecture et autres documents privés (sur le carnet de recherche des BVH, par A. Legros)
> Introduction et éditions des notes de lecture de Montaigne (par A. Legros)
> Introduction sur les inscriptions de la tour de Montaigne

Découverte d’un manuscrit provenant de la « librairie de Montaigne »

Des chercheurs de l’Université de Warwick (GB) et de l’Université François-Rabelais de Tours ont identifié le premier manuscrit de la bibliothèque de Montaigne.
De la fameuse « librairie », qui aurait compté 1000 livres environ, seuls 101 sont aujourd’hui connus grâce à l’ex-libris de l’essayiste et à des annotations manuscrites. Le manuscrit du seizième siècle, conservé à la Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel, comprend d’amples notes d’un auteur anonyme prises à un cours de droit romain donné à Paris par le fameux juriste et historien François Baudouin.

> Lire l’article