Liste des livres de Montaigne et de La Boétie conservés ou attestés

Localisation : Allemagne (Wolfenbüttel), Angleterre (Cambridge, Eton, Oxford), Écosse (Edimbourg), États-Unis (Bloomington, Charlottesville, Harvard, Williamstown, Williams College-Massachusetts), Espagne (Madrid), France (Bordeaux, Chantilly, Fontenay-le-Comte, Libourne, Paris, Périgueux, Pessac, Toulouse), Suisse (Cologny-Genève), et collections particulières.

Introduction (A. Legros, 04/01/2015)
Accès à la liste (A. Legros, 2015)
Notes de Montaigne (A. Legros, 2015)
Notes de La Boétie (A. Legros, 2015)
Table de concordance de quatre listes récentes (A. Legros, 07/10/2019)
Récapitulation des données (A. Legros, 03/04/2020)
Commentaire de synthèse (A. Legros, 03/04/2020)

Introduction

Dressé à partir d’un examen des ex-libris ou autres marques autographes qu’ils contiennent, cet inventaire recense une centaine de volumes rescapés de la « librairie » de Montaigne. Soit environ un dixième de cette bibliothèque que l’auteur des Essais évaluait à « un millier » de livres. Il repose dans la plupart des cas sur un examen direct des pièces originales dans leurs lieux de conservation. La très récente et très attendue publication de Barbara Pistilli et Marco Sgattoni sur La Biblioteca di Montaigne (Pise, Scuola Normale Superiore, 2014), version sur papier heureusement substituée à une version en ligne devenue obsolète, dispense la présente liste d’un certain nombre d’informations fournies par cet ouvrage exhaustif et dûment illustré (compte rendu dans Bulletin de la Société Internationale des Amis de Montaigne, 60-61, 2014-2 2015-1, p. 123-128), auquel on voudra bien recourir pour tout renseignement sur les reliures, les dimensions, les provenances et les bibliographies, mais dont on pourra compléter ici même certaines notices par des informations et considérations nouvelles dont certaines n’ont pu être procurées à temps aux deux auteurs. La présente liste invite par ailleurs son lecteur à accéder gratuitement aux fac-similés numériques des volumes recensés au fur et à mesure de leur mise en ligne, ainsi qu’à l’édition renouvelée, par A. Legros, des notes manuscrites qu’ils contiennent, sur le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes, désormais BVH-Monloe (projet ANR « MONtaigne à L’oeuvre », CESR, Université de Tours).

L’ordre adopté est alphabétique, chaque volume signalé par un ex-libris est numéroté. Sur certains exemplaires, Montaigne a tracé de sa main un b suivi d’un point (donc b. pour boetie, c’est-à-dire La Boétie) dans le coin supérieur droit de la page de titre de l’exemplaire pour en signaler la provenance, sans doute à la suite du legs de 1563. Cette découverte récente d’A. Legros a bien été enregistrée par B. Pistilli et M. Sgattoni (désormais P-Sg). Le nombre d’ouvrages marqués d’un b. est de 20 si on adjoint à la liste déjà publiée (A. Legros, Montaigne Studies, vol. XXV, 2013, p. 177-188) Victorius oublié jusqu’ici et, sous toute réserve, Horace marqué d’un B. majuscule. Soit environ 1/5e de la bibliothèque de Montaigne en l’état : Appien 1551, Bible 1545, Caton 1549, Denys d’Alexandrie 1547, Diogène Laërce 1533, Dion Cassius 1548, Egnatius 1551, Estienne 1557, Florilegium 1531, peut-être Horace 1543, Hygin 1549, Justin 1551, Philon 1552, Politien 1550 (vol. I), Politien 1545 (vol. II), Sophocle 1553, Strabon 1549, Térence 1541, Victorius 1549, Xénophon 1551. Un bon nombre de ces ouvrages sont en grec. La Boétie en a annoté plusieurs de sa main (notes philologiques brèves, en latin et/ou en grec) : Appien, Diogène Laërce, Dion Cassius (« A Book (or Two) from the Library of La Boetie », article de John O’Brien dans Montaigne Studies, vol. XXVII, mars 2015, p. 179-192), Egnatius surtout, Sophocle, Strabon, Victorius, Xénophon. Cette particularité d’exemplaire est mentionnée ainsi dans la notice : Note(s) de La Boétie. On trouve depuis 2015 sur le site des BVH-Monloe une nouvelle édition de toutes ces notes de La Boétie par Alain Legros. La consultation en ligne des fac-similés intégraux ou sélectifs permet de constater, entre autres choses, que La Boétie souligne les mots isolés susceptibles d’une note philologique, mais surligne les sentences qu’il remarque, à la différence de Montaigne qui souligne dans l’un et l’autre cas.

Quelques-uns des exemplaires se signalent par un ex-libris de Montaigne en latin, avec indication de date, d’âge, voire de prix, le tout écrit de sa main en haut de la page de titre ou, par exception, sur un feuillet de garde. Soit, selon l’ordre chronologique desdits ex-libris : Térence 1538 (janvier 1549, « presque » 16 ans), César 1545 (janvier 1549, « presque » 16 ans), Virgile (janvier 1549, « presque » 16 ans), Flaminio (1549, 16/5 ans), Denys d’Halicarnasse (1551, 18 ans), de nouveau Térence 1538 mais en bas de page (1553, 20 ans), manuscrit Baudouin 1561 (sans date ni âge). La présence d’une devise italienne autographe avec arabesque vaut aussi comme marque d’appartenance : en fin de volume pour Ausone 1517, Térence 1538, Pétrarque 1550 ; en page de titre pour Du Choul 1556 (devise décalquée), Léon l’Hébreu 1549 (avec variante et sans arabesque), de nouveau Térence 1538 (en latin et sans arabesque). De la même époque, indéterminée mais ancienne, qui est aussi, après examen des caractéristiques graphiques, celle des cinq notes latines du Beuther 1551, date un ex-dono autographe en page de garde du Vida 1541.

Il est difficile de savoir quand Montaigne a substitué, toujours en bas de la page de titre, sa simple signature à l’ex-libris développé de sa jeunesse (analyse chimique des encres en cours). L’un des apports nouveaux de la présente liste est de distinguer trois types de signatures mōtaigne, selon que la ligature ou tilde reliant le o au t touche ces deux lettres (mōtaigne 1), une seule (mōtaigne 2), ou aucune des deux (mōtaigne 3). La précision Note(s) de Montaigne signale d’autre part les neuf exemplaires qui contiennent, plus ou moins fournies et développées, en latin et en grec (citations), puis en français, des notes de la main de Montaigne, parfois datées par des « achevé(s) de lire » (voir notices). Soit, par ordre chronologique vraisemblable des interventions autographes : Ausone 1517 et Térence 1538 première campagne, Térence 1538 deuxième campagne et Giraldi, Lucrèce annoté en latin, Gilles, César 1570, Lucrèce annoté en français, Herburt de Fulstin, Sauvage et Franchi Conestaggio, Quinte-Curce. Outre la mise en ligne des fac-similés de tous ces ouvrages annotés on peut, si l’on souhaite étudier les écrits de la main de Montaigne antérieurs à l’Exemplaire de Bordeaux, consulter et télécharger sur le site des BVH les nouvelles éditions par A. Legros des notes de lecture de Montaigne, des arrêts ou dicta du Parlement de Bordeaux au rapport de Montaigne (47), toutes les lettres conservées (32), des inscriptions latines et grecques du plafond de sa « librairie » (75 dont 68 identifiées) et de celles de son tombeau, éditions effectuées selon trois modes : version diplomatique, texte régularisé, texte modernisé ou traduit.

On ne s’étonnera pas de voir entre les auteurs de La Biblioteca di Montaigne et le présent catalogue une certaine convergence de vues, née d’un souhait mutuel de partage des recherches et de nombreux échanges, bien que les enquêtes aient été menées séparément. Cette convergence touche en particulier la liste des livres non retenus, à trois exceptions près : nous considérons comme authentiques les signatures de César 1575 (Périgueux) et Synesius 1553 (BnF), et nous intégrons la couvrure du Mémorial de 1568 où Montaigne a écrit quelques mots. On trouvera dans les notices consacrées à ces cas les raisons qui font opter pour une intégration de ces titres. Quant aux « Exemplaires non retenus » placés en annexe de la Biblioteca, ils regroupent par ordre alphabétique des faux avérés, des faux probables, des cas douteux ou incertains. Le fait de ne pas les faire entrer dans la liste des livres retenus ne signifie pas pour autant, sauf pour les faux avérés, une mise à l’écart définitive.

Mise à jour : Alain Legros et Marie-Luce Demonet, 10 mars 2020

Liste des ouvrages

ABCDEFGHJLMNOPQRSTVX

  1. AIMOIN le moine (Annonius), Historiae Francorum lib. V, Paris, A. Wechel, 1567.
  2. APOLINAIRE (Apolinarios, Apolinarius, Apollinaire), ΑΠΟΛΙΝΑΡΙΟΥ ΜΕΤΑΦΡΑΣΙΣ ΤΟΥ ΨΑΛΤΗΡΟΣ, διὰ στίχων ἡρωϊκῶν, Interpretatio Psalmorum, versibus heroicis, Paris, A. Turnèbe, 1552.
  3. APPIEN d’Alexandrie (Appianos, Appianus), ΡΩΜΑΙΚΩΝ, Romanarum Historiarum, Paris, Ch. Estienne, 1551. Provenance La Boétie (b.). Notes marginales de La Boétie (grec).
  4. ARCULANUS Joannes (Giovanni d’Arcoli), Practica particularium morborum omnium, Venise, V. Valgrisi, 1560.
    [NUM]
  5. ARETINO Lionardo (ou L. BRUNI : autre entrée possible), La Historia universale de suoi tempi, Venise, F. Sansovino, 1561.
    [NUM]
  6. AUSONE (Ausonius), [Opera], éd. H. Avancius, Venise, A. Manuce et A. Torresanus, 1517. Devise italienne et notes marginales de Montaigne (latin, grec).
    [NUM]
  7. AUSONE (Ausonius), Opera, Lyon, J. de Tournes, 1558.
  8. BACCI Andrea, Del Tevere (Tibre), Venise, A. Manuce, 1576.
    [NUM]
  9. BAÏF Jan-Antoine de, Euvres en rime [relié avec] Les Amours, Paris, Breyer, 1572, 1573, à l’exclusion du vol. II (Les Ieus, [relié avec] Le Passe tems).
  10. BAUDOUIN François (Balduinus), Excepta Parisiis Francisci Balduini Anno 61e, s.l.n.d. Copie anonyme en latin d’un cours de droit. Ex-libris latin de Montaigne. Seul manuscrit conservé de la « librairie ».
    [NUM]
  11. [BELLOY Pierre de], Examen du discours publié contre la maison royalle de France, [La Rochelle, Haultin], 1587.
    [NUM]
  12. BEUTHER Michael, Ephemeris historica, Paris, M. Fezandat et R. Granjon, 1551. Notes de Montaigne (latin, français) et de ses successeurs.
    [NUM]
  13. BÈZE Théodore de, Poematum Editio secunda [suivi de] BUCHANAN George, Excerpta carmina dont Epigrammata, [Genève], H. Estienne, 1569.
  14. [BIBLE], ΤΗΣ ΘΕΙΑΣ ΓΡΑΦΗΣ ΑΠΑΝΤΑ, Diuinae Scripturae Omnia, Bâle, J. Herwagen, 1545. Provenance La Boétie (b.).
    [NUM]
  15. BOAISTUAU Pierre (Bouaystuau), Bref discours de l’excellence et dignité de l’homme, Paris, J. Longis et R. Le Mangnier, 1558. Notes marginales non identifiées.
    [NUM]
  16. BONFINIUS Antonius, Rerum Ungaricarum Decades quatuor cum dimidia, Bâle, J. Oporin, 1568. [NUM]
  17. [BONIFACE VIII, pape], Sextus liber Decretalium, Lyon, G. de Villiers, 1528. Provenance famille La Boétie.
    [NUM]
  18. BUCHANAN George, Rerum Scoticarum Historia, Edimbourg, A. Arbuthnet, 1582. Notes marginales non identifiées.
  19. BUGNON (Bugnyon) Philibert, Chronicon urbis Matissanæ (Mâcon), Lyon, J. de Tournes, 1559.
    [NUM]
  20. CASTAÑEDA Hernan Lopez de, Historia del Descubrimiento y conquista dela India por los Portugueses, Anvers, M. Nuyts, 1554.
    [NUM]
  21. CATON (Cato) et VARRON (Varro), De re rustica Libri, Lyon, S. Gryphe, 1549. Provenance La Boétie (b.).
    [NUM]
  22. CÉSAR (Caesar), Rerum ab se gestarum Commentarii, Paris, M. Vascosan et J. Roigny, 1543. Ex-libris latin de Montaigne.
  23. CÉSAR (Caesar), Commentarii, Anvers, C. Plantin, 1570 (excudebat 1575). Notes marginales et bilan de lecture de Montaigne (français).
    [NUM]
  24. CÉSAR (Caesar, Cesare), I Commentari di G. Giulio Cesare, [trad. F. Baldelli, gravures de Palladio], Venise, P. de Franceschi, 1575. Début de la signature de Montaigne sous signature postérieure, visibles sous UV.
    [NUM]
  25. DENYS d’Alexandrie, ΔΙΟΝΥΣΙΟΥ ΑΛΕΞΑΝΔΡΕΩΣ τῆϛ οἰκουμένηϛ περιήγησιϛ, De situ orbis libellus, Paris, R. Estienne, 1547. Provenance La Boétie (b.).
  26. DENYS d’Halicarnasse, ΔΙΟΝΥΣΙΟΥ ΤΟΥ ΑΛΙΚΑΡΝΑΣΣΕΩΣ ΡΩΜΑΙΚΗΣ ΑΡΧΑΙΟΛΟΓΙΑΣ ΒΙΒΛΙΑ ΔΕΧΑ, Antiquitatum Romanarum Lib. X, Paris, R. Estienne, 1546. Ex-libris latin de Montaigne.
    [NUM]
  27. DIOGÈNE LAËRCE, ΔΙΟΓΕΝΟΥΣ ΛΑΕΡΤΙΟΥ ΠΕΡΙ ΒΙΩΝ, ΔΟΓΜΑ-των καὶ ἀποφθεγμάτων τῶν ἐν φιλοσοφίᾳ εὐδοκιμησάντων βιβλία δέκα, De uitis, decretis, et responsis celebrium philosophorum Libri X, Bâle, H. Froben et N. Episcopius, 1533. Provenance La Boétie (b.). Note marginale de La Boétie (latin).
    [NUM]
  28. DION (Dio) CASSIUS, ΤΩΝ ΔΙΩΝΟΣ ΡΩΜΑΙΚΩΝ ΙΣΤΟΡΙΩΝ ΕΙΚΟΣΙΤΡΙΑ ΒΙΒΛΙΑ, Romanarum historiarum libri, Paris, R. Estienne, 1548. Provenance La Boétie (b.). Notes marginales de La Boétie (latin, grec).
  29. DU CHOUL Guillaume, Discours de la religion des anciens Romains, Lyon, G. Rouillé, 1556.
  30. EGNATIUS (G. B. Cipelli), Cæsarum vitæ post Suetonium Tranquillum conscriptæ, Lyon, S. Gryphe, 1551, vol. I et II. Provenance La Boétie (b.). Notes marginales de La Boétie (latin, grec).
    [NUM]
  31. EGNATIUS (G. B. Cipelli), De exemplis illustrium virorum Venetae ciuitatis, Paris, A. Petit, 1554.
  32. ÉRASME, In epistolas apostolicas paraphrasis, Lyon, S. Gryphe, 1544.
  33. ESTIENNE Henri, Ciceronianum Lexicon Græcolatinum, Paris, H. Estienne, 1557. Provenance La Boétie (b.).
  34. EUSÈBE de CésaréeEuangelicae praeparationis lib. XV
    [relié avec] Euangelicae demonstrationis lib. X, Paris, R. Estienne, 1544, 1545. Provenance Montesquieu.
  35. FLAMINIO Marco Antonio, Paraphrasis in triginta Psalmos [relié avec] LASCARIS Janus, Alphabetum Graecum, Paris, R. Estienne, 1546, 1548. Ex-libris latin de Montaigne.
  36. FLORILEGIUM Diuersorum epigrammatum in VII Libros, Paris, J. Bade, 1531. Provenance La Boétie (b.).
  37. FÖRSTER Valentin, De Historia Iuris Ciuilis Romani, Bâle, J. Oporin, 1565.
    [NUM]
  38. FRANCHI CONESTAGGIO Ieronimo (Juan de Silva, selon P-Sg), Dell’unione del Regno di Portogallo alla Corona di Castiglia, Gênes, G. Bartoli, 1585. Note marginale de Montaigne (italien).
    [NUM]
  39. GARIMBERTO Girolamo, La prima parte, delle vite, overo fatti memorabili d’alcuni papi, Venise, G. de’Ferrari, 1567.
  40. GAZA Théodore et al., Introductiuae grammatikès libri quatuor [suivie de] De mensibus [puis] APOLLONII grammatici De constructione libri quatuor [puis] HERODIANUS De numeris, Venise, Alde Manuce, 1495. Seul incunable conservé de la « librairie ».
  41. GERMANICARUM rerum IV celebriores vetustioresque chronographi, Francfort, G. Corvinus, S. Feyrabend et héritiers Wigand, 1566.
    [NUM]
  42. GILLES Nicole, Annales et croniques de France depuis la destruction de Troye, éd. D. Sauvage, Paris, G. Le Noir, 1562. Notes marginales de Montaigne (français).
    [NUM]
  43. GIOVIO Paolo (Paul Jove), Historiarum sui temporis tomus primus [et secundus], Paris, M. Vascosan, 1553, 1554.
    [NUM]
  44. GIOVIO Paolo (Paul Jove), Delle Istorie di Mons. Giovio Prima [et seconda] parte, Venise, G. de’Cavalli, 1564.
  45. GIRALDI Lilio Gregorio (Gyraldo), De deis gentium varia et multiplex historia, Bâle, J. Oporin, 1548. Notes marginales de Montaigne (latin, grec).
    [NUM]
  46. [GUEVARA Antonio de], Decade, contenant les vies des empereurs, Paris, M. Vascosan, 1567.
    [NUM]
  47. GUYSE, Jacques de, Illustrations de la Gaulle Belgique, Paris, F. Regnaud et Galliot du Pré, 1531-1532.
  48. HERBURT DE FULSTIN Ian, Histoire des roys et princes de Poloigne, trad. F. Baudouin, Paris, P. L’Huillier, 1573. Bilan de lecture de Montaigne (français).
    [NUM]
  49. HORACE (Horatius), Opera cum quatuor commentariis, Paris, M. de la Porte, 1543. Provenance possible La Boétie (B. par exception).
    [NUM]
  50. HYGIN, Fabularum liber, Bâle, J. Herwagen, 1549. Provenance La Boétie (b.).
    [NUM]
  51. JUSTIN (saint), ΤΟΥ ΑΓΙΟΥ ΙΟΥΣΤΙΝΟΥ ΦΙΛΟΣΟΦΟΥ ΚΑΙ ΜΑΡΤΥΡΟΣ, ΖΗΝΑ καὶ Σερήνῳ [et dix autres titres grecs], Paris, R. Estienne, 1551. Provenance La Boétie (b.).
    [NUM]
  52. JUSTINIANUS Petrus, Rerum Venetarum ab urbe condita Historia, Venise, C. de Tridino, 1560.
    [NUM]
  53. [LA BOETIE et Montaigne], La Mesnagerie de Xenophon, Les Regles de mariage, de Plutarque, la Lettre de consolation, de Plutarque à sa femme. Le tout traduict de Grec en François par feu M. Estienne de La Boetie […] Ensemble quelques Vers Latins et François, de son invention. Item, un Discours sur la mort dudit Seigneur De La Boëtie, par M. de Montaigne [relié avec] Vers François de feu Estienne de La Boëtie, Paris, F. Morel, 1571.
    [NUM]
  54. LEMAIRE DE BELGES JeanLes illustrations de Gaule et singularitez de Troye […] et plusieurs autres œuvres de luy non jamais encore imprimées, Lyon, Jean de Tournes, 1549.
  55. LÉON l’Hébreu [Leo Hebraeus], Dialoghi di amore, Venise, fils d’A. Manuce, 1549. Devise italienne de Montaigne. Note de Montaigne sur le premier plat (grec) visible sous UV.
    [NUM]
  56. LUCRÈCE [Lucretius], De rerum natura Libri sex, éd. D. Lambin, Paris et Lyon, G. et P. Rouillé, 1563. Notes de garde et notes marginales de Montaigne (latin, français).
    [NUM]
  57. [LUJÁN Pedro de], Don Silves de la Selva, La dozena parte del invencible Cavallero Amadis de Gaula, D. de Robertis, Séville, 1549.
    [NUM]
  58. LUSIGNAN Etienne de, Description de toute l’isle de Cypre, Paris, G. Chaudière, 1580.
    [NUM]
  59. MASSARIUS Franciscus, In nonum Plinii De naturali historia librum Castigationes et Annotationes, Bâle, H. Froben, 1537.
    [NUM]
  60. MASSON Jean-Papire, Annalium libri quatuor quibus res gestae Francorum explicantur, Paris, N. Chesneau, 1577.
    [NUM]
  61. MASUER Jean, Practica forensis, Paris, J. et D. de Marnef, 1555. Provenance Montesquieu.
    [NUM]
  62. MAURO Lucio, Le Antichita della citta di Roma, Venise, G. Ziletti, 1558.
    [NUM]
  63. MEMORIAL des affaires de feu Messire Michel apres le deces de son pere. Notes de Montaigne sur la couvrure (français).
  64. MONTAIGNE Michel deEssais, Paris, Abel L’Angelier, 1588 (exemplaire dit de Bordeaux).
    [NUM] [EDITION]
  65. MONTANUS Johannes FERRARIUS, De Republica bene instituenda Parænesis, Bâle, J. Oporin, 1556.
  66. MÜNSTER Sébastien, Organum Uranicum, Bâle, H. Petri, 1536.
  67. MÜNSTER Sébastien (Monstere), La Cosmographie universelle, Bâle, H. Petri, 1556.
  68. NIZOLIUS Marius, In M. T. Ciceronem observationes utilissimae, Lyon, héritiers de S. Gryphe, 1562.
    [NUM]
  69. OCHINO Bernardino, Disputa intorno alla presenza del corpo di Giesù Christo nel sacramento della Cena, [P. Perna], 1561, [suivi de] CASTELLION Sébastien alias Martinus Bellus, De hæreticis, 1554 [suivi de] MELANCHTHON Philippe, Defensio coniugii sacerdotum, 1542, Bâle.
  70. OCHINO Bernardino, Il catechismo, o vero Institutione christiana in forma di Dialogo, Bâle, [P. Perna], 1561. Provenance Charron.
  71. ORSINI Fulvio, Carmina nouem illustrium Feminarum […] et Lyricorum […] Elegiae […] Bucolica, trad. L. GAMBARA pour les deux derniers titres (autre entrée communément admise, mais très contestable selon P-Sg), Anvers, C. Plantin, 1568.
  72. OSORIO Jeronimo (Osorius), De rebus Emmanuelis regis Lusitaniae, Cologne, héritiers Birckmann, 1574.
  73. PANVINIO Onophrio, Romanorum principum Libri IV [suivi] de De comitiis imperatoriis, Bâle, H. Petri, 1558.
    [NUM]
  74. PANVINIO Onophrio, Reipublicæ Romanæ Commentariorum Libri tres, Venise, V. Valgrisi, 1558.
  75. PÉTRARQUE, Il Petrarca, Lyon, G. Rouillé, 1550. Devise italienne et note finale de Montaigne (italien).
  76. PHILON d’Alexandrie, ΦΙΛΩΝΟΣ ΙΟΥΔΑΙΟΥ ΕΙΣ ΤΑ ΤΟΥ ΜΩΣΕΩΣ, Philonis Iudaei in libros Mosis (Moïse), Paris, A. Turnèbe, 1552. Provenance La Boétie (b.).
  77. PICHOT Pierre, De animorum natura, morbis, vitiis, noxis, horumque curatione, Bordeaux, S. Millanges, 1574.
  78. PLOTIN, De rebus Philosophicis Libri LIIII in Enneades, trad. M. Ficin, Bâle, T. Guerinus, 1559.
    [NUM]
  79. POBLACION Juan Martinez, De usu astrolabi Compendium, Paris, J. Gazeau, 1546.
  80. POLITIEN Ange, Operum tomus primus, Lyon, S. Gryphe, 1550. Provenance La Boétie (b.).
    [NUM]
  81. POLITIEN Ange, Operum tomus secundus relié avec tomus tertius, Lyon, S. Gryphe, 1545, 1546. Provenance La Boétie (b.).
    [NUM]
  82. QUINTE-CURCE, De rebus gestis Alexandri Magni regis Macedoniae Opus, Bâle, H. Froben, 1545. Provenance Montesquieu. Notes marginales et bilan de lecture de Montaigne (français).
    [NUM]
  83. RINGHIERI Innocentio, Cento Giuochi liberali et d’ingegno, Bologne, A. Giaccarelli, 1551.
    [NUM]
  84. [SAN PEDRO Diego de], Carcer d’amore, trad. L. de Manfredi, Venise, F. Bindoni et M. Pasini, 1546.
  85. SANSOVINO Francesco, Del governo et amministratione di diversi regni et republiche, cosi antiche come moderne, Venise, [G. A. Bertano pour] J. Sansovino, 1578.
  86. SAUVAGE Denis [Éditeur], Cronique de Flandres, suivie des Mémoires de Messire Olivier de la Marche, Lyon, G. Rouillé, 1562. Bilan de lecture de Montaigne (français).
  87. SOPHOCLE, ΣΟΦΟΚΛΕΟΥΣ ΤΡΑΓΩΔΙΑΙ (Tragédies), Paris, A. Turnèbe, 1553. Provenance La Boétie (b.). Notes marginales de La Boétie (latin, grec).
  88. STRABON, ΣΤΡΑΒΩΝΟΣ ΠΕΡΙ ΤΗΣ ΓΕΩΓΡΑΦΙΑΣ ΒΙΒΛΙΑ ΙΖʹ , De situ orbis Libri XVII, trad. Guarinus de Vérone et Gregorius Trifernas, Bâle, H. Petri, 1549. Provenance La Boétie (b.). Notes marginales de La Boétie (latin, grec).
  89. STRABON, La prima (seconda) parte della geografia, trad. A. Buonaccivoli, Venise, F. Senese, 1562.
  90. STREINNIUS Ricardus, Gentium et familiarum Romanarum stemmata, [Genève], H. Estienne, 1559.
    [NUM]
  91. SYNESIUS de Cyrène (Synesios), ΣΥΝΕΣΙΟΥ ΕΠΙΣΚΟΠΟΥ ΚΥΡΗΝΗΣ Περὶ βασιλείας (De la royauté) et autres titres, Paris, A. Turnèbe, 1553. Demi-page de titre avec signature de Montaigne, montée sur l’exemplaire de Bèze.
  92. TASSO Torquato (le Tasse), Il Rinaldo, Venise, F. de’Franceschi Sanese, 1570.
  93. TÉRENCE (Terentius Afer), Comoediae, avec commentaires de Donat, Asper et Cornutus, éd. D. Erasme, Bâle, H. Froben, 1538. Deux ex-libris latins, devises latine et italienne et notes marginales de Montaigne (latin, grec).
  94. TÉRENCE (Terentius Afer), Comœdiæ sex, Paris, R. Estienne, 1541. Provenance La Boétie (b.).
  95. THÉOPHRASTE, Libellus de odoribus, trad. A. Turnèbe, Paris, M. Vascosan, 1556.
  96. VARCHI Benedetto, La seconda parte delle lezzioni… Cinque lezzioni d’Amore, lette da lui publicamente nell’Academia di Fiorenza, e di Padova, Florence, Giunti, 1561.
  97. VÉGÈCE (Vegetius Renatus) et al., Du fait de guerre et fleur de chevalerie et autres ouvrages, [trad. N. Volcyr de Sérouville], Paris, Chr. Wechel, 1536.
    [NUM]
  98. VICTORIUS Petrus (P. Vittori), Commentarii in tres libros Aristotelis de Arte dicendi, Bâle, [J. Oporin], 1549. Provenance La Boétie (b.). Notes de La Boétie (grec).
    [NUM]
  99. VIDA Marco Girolamo, Opera, Lyon, S. Gryphe, 1541. Ex-dono latin de la main de Montaigne (latin).
  100. VILLANI Giovanni, La prima parte delle historie universali de suoi tempi, Venise, Giunti di Fiorenza, 1559.
    [NUM]
  101. VINCENT de Beauvais, Le Miroir hystorial, tomes I et II, [trad. Jean de Vignay], Paris, N. Couteau pour J. Petit, Galliot du Pré, G. de Gourmont, J. de la Garde, 1531.
  102. VINCENT de Beauvais, Le Miroir hystorial, tomes III à V, [trad. Jean de Vignay], Paris, N. Couteau pour J. Petit, Galliot du Pré, G. de Gourmont, J. de la Garde, [1531 en fin d’ouvrage].
  103. VIRGILE, Bucolica, Georgica et Æneis, éd. N. Erythrée, Venise, [J.A. Sabius], 1539.
    In-8°, latin. Ex-libris latin et note de Montaigne (latin).
  104. XÉNOPHON, Opera, trad. S. Castellion, Bâle, M. Isingrin, 1551. Provenance La Boétie (b.). Note de La Boétie (latin).
  105. XÉNOPHON, Le Mesnagier [suivi de] Discours de l’excellence, trad. F. de Ferris, Paris, J. Dalier, 1562.
    [NUM]

 

Annexe

Exemplaires non retenus

  • BAÏF Jan-Antoine de, Les Jeux [relié avec] Le Passe tems, Paris, L. Breyer, 1573.

  • DU BELLAY Joachim, Le premier Livre des Antiquitez de Rome, Paris, F. Morel, 1562.

  • DU BELLAY Joachim, Les Regrets et autres oeuvres poétiques, Paris, F. Morel, 1565.

  • FOX MORZILLO Sebastian (Foxius), Commentatio in decem Platonis libros de Republica, Bâle, J. Oporin, [1556].

  • GELLI Giovambatista, La sporta. Commedia, Florence, F. Giunti, 1593.

  • GOLTZ Hubert (Goltzius), C. Iulius Caesar siue Historiae Imperatorum Caesarumque Romanorum ex antiquis numismatibus restitutae, Bruges, 1563.

  • GUEVARA Antonio de, Epistres dorees, trad. Guterry, Lyon, B. Rigaud, 1588.

  • HIPPOLYTE (saint), Oratio de consummatione mundi, ac de Antichristo, trad. J. Pic, Paris, A. Petit, 1557.

  • HOMÈRE, Odusseia (Odyssée), éd. Lonicer, Strasbourg, W. Cephaleus, 1525. (sous réserve).

  • LA BOÉTIE et Montaigne, [mêmes références que ci-dessus, n° 53].

  • L’ORME Philibert de, Nouvelles inventions pour bien bastir et à petits fraiz, Paris, F. Morel, 1561.

  • LYCOSTHÈNE Conrad (Lycosthenes), Apophtegmatum Loci Communes, Paris, J. Dupuis, 1560.

  • PLUTARQUE, Parallela, Bâle, H. Froben, 1560.

  • SEBON Raymond, La Théologie naturelle de Raymond Sebon, trad. Montaigne, Paris, M. Sonnius, 1569.

  • SEBON Raymond, mêmes références que ci-dessus. (sous réserve).

  • SUÉTONE, Vitae XII Caesarum, [Venise, B. Zani, 1500].

Notes de Montaigne

Notes de La Boétie

Table de concordance de quatre listes récentes

Les quatre listes les plus récentes des volumes de la bibliothèque de Montaigne conservés ont été dressées et publiées par :

  1. Gilbert de Botton et Francis Pottiée-Sperry, « À la recherche de la ‘librairie’ de Montaigne », Bulletin du bibliophile, 1997/2, p. 254-298.
  2. Philippe Desan, « Bibliothèque de Montaigne », dans Dictionnaire de Montaigne, sous la direction de P. Desan, Paris, Honoré Champion, 2007, p. 126-130.
  3. Barbara Pistilli et Marco Sgattoni, La biblioteca di Montaigne, Pisa, Scuola Normale Superiore, 2014.
  4. Alain Legros, « Liste des livres de Montaigne et de La Boétie conservés ou attestés », en ligne ici-même sur le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes (projet ANR « Montaigne à l’œuvre » porté par Marie-Luce Demonet), janvier 2015.

Table de concordance (PDF)

NB : les noms d’auteurs marqués ⌘ signalent des différences entre la liste n° 4 et les listes antérieures.

Alain Legros, le 7 octobre 2019.

Récapitulation des données

Tableau récapitulatif (PDF) | Tableau récapitulatif (XLSX)

Alain Legros, le 3 avril 2020. Mise à jour : 6 avril 2020

Commentaire de synthèse

Aussi exhaustif que possible, le « Tableau de récapitulation des données » ci-dessus réduit au minimum les informations de la première colonne et n’en consacre aucune aux titres, la plupart en latin ou en grec, souvent très longs et parfois multiples pour un seul et même ouvrage. L’ordre et la numérotation étant les mêmes que dans la « Liste des ouvrages » mise en ligne en 2015 (cliquer au début de l’introduction sur « Accès à la liste »), on voudra bien pour plus d’informations se reporter à l’une ou l’autre des deux notices accessibles à partir de ladite liste, en cliquant sur le nom d’entrée souligné et/ou sur NUM quand l’ouvrage a été numérisé. Rappelons qu’à la différence de mes prédécesseurs (en particulier en 2014 B. Pistilli et M. Sgattoni, utilement sollicités ici), le critère que j’ai retenu pour dresser cette liste était l’existence d’un ex-libris ou de toute autre marque autographe d’appartenance, non l’existence ou la distinction des tomes ou volumes, excepté quand ils contiennent chacun un ex-libris de Montaigne.

Le tableau récapitulatif en 105 lignes et 12 colonnes (A-L) permet de mettre en évidence plusieurs faits que ce « Commentaire de synthèse » expose, menant ainsi aussi loin que possible une enquête dont les résultats ont fait au fur et à mesure l’objet de publications en 2006, 2010, 2011 et ici-même en 2015.

  • Colonne A : n° identifiant de la « Liste des ouvrages » (A. Legros, 2015)
  • Colonne B : Auteur (ou Œuvre par défaut) — Marqués d’un astérisque, sept livres n’ont pu être localisés, mais l’authenticité de l’ex-libris justifiant l’inscription dans la « Liste des ouvrages » est attestée par la photographie d’une page de titre ou la copie d’un ex-libris autographe dans un catalogue de vente (n° 22 César, n° 29 Du Choul, n° 66 Münster, n° 79 Poblacion), ou bien par  un témoignage (n° 32 Érasme, n° 34 Eusèbe, n° 47 Guyse pour une copie de l’ex-libris), ou encore par la survivance d’un fragment de la page de titre contenant l’ex-libris autographe d’origine (n° 91 Synesius). — Marqués du signe « + », cinq ouvrages sont ici ajoutés par rapport à la liste Pistilli-Sgattoni (qui, à partir d’autres critères, ont écarté le n° 24 César et le n° 91 Synesius, n’ont pas intégré le n° 63 Mémorial et n’avaient pas connaissance du n° 47 Guyse et du n° 54 Lemaire de Belges). — Curiosités : la liste comprend un manuscrit (n° 10 Baudouin), un fragment de manuscrit (n° 63 Mémorial), un incunable (n° 40 Gaza) et une édition aldine (n° 6 Gaza) ; quelques ouvrages sont joliment illustrés : n° 4 Arculanus, n° 24 César (Palladio), n° 42 Gilles, n° 50 Hygin, n° 67 Münster, n° 97 Végèce.
  • Colonne C : Lieu d’édition — Paris (37 + 1 ms), Bâle (19), Venise (18), Lyon (14), Genève (3), Anvers (3), Bordeaux (1 + le Mémorial), La Rochelle, Florence, Gênes, Bologne, Édimbourg, Francfort, Cologne, Séville (1 chacun).
  • Colonne D : Date d’édition — Le plus ancien livre est un incunable de 1495 (n° 40 Gaza) — Entre 1500 et 1530, deux ouvrages : une édition aldine de 1517 (n° 6 Ausone) et une édition lyonnaise de 1528 (n° 17 Boniface) — Entre 1530 et 1550, 33 ouvrages — Entre 1550 et 1570, 50 — Entre 1570 et 1580, donc juste avant et pendant la rédaction des premiers Essais, 14 — Entre 1580 et 1590, 5, dont les Essais de 1588, terminus ad quem de la liste. NB : il s’agit là de dates d’édition, non d’acquisition ni toujours d’impression (par exemple la date d’impression ou excudebat du César de 1570 n° 23 est 1575, donc Montaigne ne l’a lu ni annoté avant cette date).
  • Colonne E : Format — Prépondérance des formats in-folio (41) et in-octavo (38), devant l’in-quarto (23), aucun in-12 (le format des Essais de 1887), deux in-16. — S’il n’est pas accompagné de l’indication des mesures de chaque exemplaire, ce critère ne suffit pas pour se hasarder à conjecturer la place des volumes dans les cinq « degrés » de la « librairie ». Grâce aux données recueillies par B. Pistilli et M. Sgattoni, on peut évaluer à un peu moins d’un tiers les exemplaires dépassant 300 mm de hauteur et presque un tiers ceux dont la hauteur est inférieure à 200 mm. Le plus grand (n° 16 Bonfinius : 363 x 225 mm) et le plus petit (n° 30 Egnatius : 113 x 66 mm) se trouvaient-ils sur la même étagère ? Les ouvrages les plus grands étaient-ils couchés ?
  • Colonne F : Langues — La plupart des ouvrages sont imprimés en latin (42). Viennent ensuite l’italien (18), le français (17), le grec (14), le latin et le grec associés (10), l’espagnol (2), le français et le latin associés (1). Quant aux Essais de 1588 (dont un exemplaire est devenu l’Exemplaire de Bordeaux), ils sont imprimés en français, mais les citations sont en latin, en grec, en français et en italien, par exception en espagnol et en gascon.
  • Colonne G : Ex-libris de Montaigne — Sur cinq livres acquis durant son adolescence, Montaigne a inscrit de sa main un ex-libris développé en latin : prénom et nom(s) au cas voulu (nominatif ou génitif d’appartenance), suivis d’une date d’acquisition et de l’âge qu’il avait au moment de l’achat, avec indication du prix d’achat en « s(olido)s » ou sous pour quatre d’entre eux, tous placés en haut de la page de titre et datés de l’année 1549 : n° 35 Flaminio relié avec Lascaris, n° 22 César, n° 93 Térence et n° 103 Virgile. Dans ces quatre cas il est précisé que l’acquéreur avait alors 16 ans, ou plutôt, après correction, 15 ans (Flaminio) ou « presque 16 ans » (les trois autres). Les trois derniers mentionnés précisent le mois et le jour de la transaction en plus de la somme déboursée : les « calendes de janvier », soit le 1er janvier. Pour avoir 16 ans révolus, le jeune « Michael (Eiquemius) Montanus (Burdigalensis) » devait donc patienter encore deux mois… Deux autres dates sont aussi mentionnées, suivies de l’âge : 1551, 18 ans (n° 26 Denys d’Halicarnasse, sur feuillet de garde), et 1553, 20 ans (n° 93 Térence de nouveau mais avec abréviation « M E M B » et pour indiquer cette fois en bas de page et après avoir biffé le premier ex-libris, une relecture du livre). Quant au manuscrit n° 10 Baudouin, un sixième ex-libris en latin, il a été acquis à l’âge adulte, vu qu’il transcrit un cours de droit donné par Baudouin à Paris en 1561. — Sur la très grande majorité des livres conservés, le possesseur s’est cependant contenté de placer sa signature au bas de la page de titre : « mõtaigne » pour « montaigne ». Je crois pouvoir distinguer trois variantes selon que le trait de nasalisation relie le /o/ au /t/ sans saut de plume (signature 1 : 67 cas), ou qu’il ne touche ni au /o/ (signature 2, 11 cas) ni au /t/ (signature 3 : 13 cas). Le mouvement rapide de cette signature anguleuse et couchée, voire écrasée à droite (avec point sur le i en forme de trait oblique et boucle du /e/ final inversée en un trait long et ascendant partant du pied de la lettre) peut toutefois avoir fait sauter la plume, à moins qu’un trait d’encre ne se soit estompé avec le temps. — Dix de ces signatures ont été biffées, cancellées ou recouvertes par un acquéreur postérieur, par exemple le n° 56 Lucrèce. — En 2014, l’analyse des encres, par l’IRAMAT d’Orléans (partenaire de l’IRHT et des BVH),  d’un échantillon de vingt signatures ayant mis en évidence une relative disparité des encres, il est fort probable que le geste de signature ait été effectué à différentes époques, au fur et à mesure des acquisitions, mais aussi parfois à la file (quatre regroupements d’encres possibles, avec dominance de la présence du fer ou du zinc dans la composition de l’encre).
  • Colonne H : Autres marques autographes — En sa jeunesse, Montaigne a aussi pourvu quatre ou cinq ouvrages d’un motto d’appartenance sur le mode italien, qu’il a placé à la fin du volume (« Mentre si puo », i.e. « Tant qu’on peut », qui fut aussi la devise de son contemporain, le poète Vauquelin de la Fresnaye) : n° 6 Ausone signé, n° 29 Du Choul signé (selon la copie d’un catalogue de vente), n° 75 Pétrarque signé, n° 93 Térence. Dans ce dernier cas, la devise italienne semble avoir été installée au même moment que l’ex-libris développé de 1549. Elle sera doublée quatre ans plus tard par sa traduction latine (« Dum licet »), placée au bas de la page de titre à côté du nouvel ex-libris abrégé (« M E M B »). Un cinquième cas (n° 55 Léon) présente, au bas de la page de titre, une variante à la deuxième personne (« Mentre puoi ») qui a pu faire douter de son autographie. — Vers la même époque (si l’on en juge par la comparaison des mains et par l’usage d’une formule proche de celle des ex-libris), « Michael Eiquemi(us) Montan(us) Burdigalens(is) » a écrit en haut du feuillet de garde vis-à-vis du titre du n° 99 Vida signé un ex-dono latin qui mentionne le nom de son donateur, un certain « Nicolaus Sandrasius Parisiensis » rencontré peut-être à Paris en son adolescence (le Minutier central fait état de trois pièces notariées de 1578 et 1579 au nom de Nicolas Sandras, avocat au Parlement de Paris : est-ce le même ?). — Comme j’ai pu le constater en 2012, dix-neuf exemplaires se singularisent par la présence, au coin supérieur droit de la page de titre, d’une marque « b. » que je certifie de la main de Montaigne : selon toute évidence une marque de provenance (« b. » pour « boetie », entier, ou partiel dans cinq cas lorsque l’exemplaire a été rogné). Plusieurs d’entre eux ont été en effet annotés par La Boétie (voir Colonne H), mais aucun par Montaigne. Ils sont imprimés en grec (7), en latin (6) ou en latin et grec associés (6), aucun n’est en vernaculaire (français, italien, espagnol). On pourrait peut-être leur adjoindre un vingtième ouvrage marqué d’un « B » majuscule, lui aussi de la main de Montaigne (n° 49 Horace). —L’analyse des encres, en 2014, de sept des petits « b. » montre, comme dans le cas des signatures, qu’ils ont été écrits à différents moments, avec toutefois de possibles regroupements (trois au moins pour cet échantillon).
  • Colonne I : Notes de La Boétie, de Montaigne et d’autres mains — Huit des ouvrages marqués au titre d’un petit « b. » ont été annotés par La Boétie : quelques notes marginales en grec (2), en latin (2), en latin et grec associés (3) et surtout quelque 70 notes en latin (une seule en grec) sur le n° 30 Egnatius. Deux exemplaires (n° 27 Diogène et n° 104 Xénophon) présentent par ailleurs un grand nombre de surlignements isolant des sentences à côté des signes habituels d’annotation (soulignements de mots, traits verticaux dans la marge). — La douzaine de livres annotés par Montaigne, dont certains copieusement, permet de voir comment il est passé du latin mêlé d’un peu de grec au français. Principaux témoins de la première pratique : n° 12 Beuther latin (les cinq notes les plus anciennes, dont quatre seront biffées), n° 45 Giraldi, n° 93 Térence (première et seconde campagnes), n° 56 Lucrèce première campagne (jusqu’au « perlegi » ou « achevé de lire » d’octobre 1564, sur feuillets de garde et dans les marges). Le passage au français se signale d’abord par un modeste essai d’écriture phonétique : n° 12 Beuther français première manière (jusqu’en 1574 : passage de « Françoese » à « Françoise »), n° 42 Gilles (« ste » pour « cette » « roë » pour « roi »). Comme indiqué sur l’Exemplaire de Bordeaux, Montaigne s’en tiendra ensuite à « lorthografe antiene » (sic) : n° 12 Beuther français seconde manière (jusqu’à la fin), n° 23 César (avec la collaboration probable d’un secrétaire pour la première partie du De bello Gallico), n° 56 Lucrèce seconde campagne (sans doute contemporaine de la rédaction du Livre II des Essais), n° 82 Quinte-Curce. — Les livres annotés en français comprennent quatre synthèses de lecture datées : n° 23 César (pour le De bello ciuili exclusivement, achevé de lire le 25 février 1578, donc avant le De bello Gallico, achevé de lire le 21 juillet 1578, sans synthèse), n° 48 Herburt de Fulstin (synthèse seule, en février 1586), n° 86 Sauvage (synthèse seule, le 6 mars 1586), n° 82 Quinte-Curce (le 2 juillet 1587). Ces trois derniers exemplaires, annotés après 50 ans, sont les derniers témoins matériels d’une pratique dont Montaigne fait état à la fin du chapitre « Des livres », où il recopie ses notes de synthèses de Guichardin, de Froissart et des frères Du Bellay (ailleurs aussi, semble-t-il, de Tacite). — Montaigne a aussi écrit à la plume sur deux plats en parchemin : sur le plat supérieur du n° 55 Léon l’Hébreu, il a recopié des vers grecs de Solon, et sur les deux plats de la couvrure restante du n° 63 Mémorial, il a inscrit dans l’un et l’autre sens le lieu (« Bourdeaus »), la date (« 1568 », à la mort de son père) et le paiement de la prestation (par « receptes » et « affermes »). — Très à part est le n° 64 Montaigne (Exemplaire de Bordeaux), où l’auteur multiplie les corrections et additions autographes au texte des Essais de 1588 (avec l’aide de Marie de Gournay pour trois additions). Il y écrit très majoritairement en français, mais aussi en latin (citations) et en  grec (cinq mots, parfaitement tracés) entre 1588 et 1592. Une chronologie relative des interventions reste à faire, qu’une nouvelle analyse des encres en cours par l’IRAMAT (Centre Babelon, Orléans) devrait permettre au moins d’esquisser.
  • Colonne J : Provenances autres que La Boétie — On ne sait exactement quand la « librairie » de Montaigne a été dispersée, mais deux attestations d’achat indiquent que deux livres au moins ont été vendus au cours de l’année 1633 : n° 33 Estienne et n° 48 Herburt de Fulstin. L’acheteur de ce dernier volume, un certain « Charon », a précisé le lieu, le jour et le mois en page de titre (Bordeaux, le 3 juin). On connaît deux autres livres signés par ce même Pierre Charon, conseiller au Parlement de Toulouse, à ne pas confondre avec Pierre Charron (mort depuis trente ans) qui, dans un ex-libris placé au bas du titre du n° 70 Ochino, dit avoir reçu cet ouvrage de la main même de Montaigne et dans son château, le 2 juillet 1586. Loin de thésauriser, ce dernier n’oubliait pas qu’un livre appartient à son acquéreur, mais aussi à ses amis (n° 22 César : « et amicorum ») et qu’on peut même en faire cadeau à l’un d’eux, comme ici. Le n° 90 Streinnius lui a ainsi été offert à lui-même par un certain « P. Campanus », qui a laissé son ex-dono. Quant à Joseph de Billy qui inscrit son ex-libris en grec au titre du n° 26 Denys d’Halicarnasse, a-t-il possédé ce livre avant ou après Montaigne ? — D’autres livres ont été entregistrés très tôt dans des catalogues de bibliothèques ecclésiastiques de Bordeaux, comme l’attestent de nombreux ex-libris du XVIIe et du XVIIIe siècles : Carmes déchaux (9 titres), Jésuites (3 + 1 chez les Jésuites de Paris daté de 1692), Grand Séminaire (2), Récollets, Bénédictins de Sainte-Croix, Congrégation de la Mission (1 en chacun de ces lieux), sans oublier les Feuillants, gardiens de l’Exemplaire de Bordeaux (depuis 1614 ?). Près d’une vingtaine de volumes donc, confisqués à la Révolution. — D’autres volumes ont appartenu à des personnages ou familles plus ou moins célèbres d’Aquitaine, qui ont écrit leur nom sur des feuillets de garde ou sur la page de titre : les familles Surguier et La Boétie de Sarlat, Prugue (en 1644, pour deux volumes), le président d’Espagnet ou sa famille (3), Jean de Gaufreteau ou sa famille (1), Pierre de Métivier ou sa famille (4, une fois avec devise datée de 1694), le président Jean Barbot (5), Montesquieu (3), Latapie (3), Duchesne de Beaumanoir (ex-libris daté de 1781). À ces noms bordelais, on peut joindre ceux de Jacques-Auguste de Thou (pour une très belle reliure à ses armes) et de Pierre-Daniel Huet parmi les anciens possesseurs de quelque renom. — Assez tôt quelques livres sont passés en Angleterre, comme en témoignent les ex-libris du comte de Pembroke, de l’archevêque de Canterbury (deux volumes), d’Andrew Fletcher (achat de 1633 déjà mentionné), peut-être d’Isaac Disraeli. Quatre livres portent le cachet de la Bibliothèque Royale, qu’ils avaient donc intégrée avant les confiscations révolutionnaires : n° 35 Flaminio-Lascaris, n° 77 Pichot, n° 92 Tasso, n° 105 Xénophon. — Parmi les propriétaires plus récents (dont le duc d’Aumale pour le n° 23 César, et beaucoup d’autres, parfois plus obscurs, dont les noms sont mentionnés dans le tableau récapitulatif avec le maximum d’exhaustivité), le Dr Jean-François Payen tient une place éminente (27 volumes), ainsi que, plus près de nous, Gilbert de Botton (8 volumes, dont le n° 56 Lucrèce), tous deux à leur mort donateurs de leur collection en faveur d’institutions prestigieuses. — Deux questions parmi d’autres, pour finir sur deux observations inédites : qui a apposé un même paraphe précédé d’un nombre en trois chiffres sur trois ouvrages aujourd’hui dispersés (n° 8 Bacci à Bordeaux, n° 20 Castañeda à Charlottesville, n° 49 Horace à Libourne) et qui a placé deux petites marques similaires au bas du titre de deux autres ouvrages (n° 3 Appien et n° 28 Dion, tous deux en Angleterre) et dans quelle intention ?
  • Colonne K : Reliures anciennes et titres à la plume — Une cinquantaine de livres ont été reliés à une époque ancienne, dont certains l’étaient sans doute déjà quand Montaigne en a fait l’acquisition (par exemple le n° 35 Flaminio-Lascaris qui associe sous une même reliure une paraphrase des Psaumes et un alphabet grec). La plupart sont couverts en parchemin, très souvent souple avec rabat et lanières (ou ce qu’il en reste). On trouve aussi quelques reliures plus soignées cependant, mais souvent restaurées : entre autres n° 14 Bible (médaillons centraux des plats à l’effigie de « Dido »), n° 49 Horace (médaillons centraux des plats à l’effigie de « Plato », puis encore de « Dido »), n° 17 Boniface (maroquin à décor géométrique en losanges), n° 24 César (maroquin aux armes et chiffres enlacés de J.-A. de Thou et de son épouse), n° 26 Denys d’Halicarnasse (médaillons ronds dorés au centre des plats et fers en écoinçon), n° 41 Germanicarum (veau brun, médaillons ovales à entrelacs), n° 78 Plotin (veau brun à décor doré, médaillons ovales à entrelacs), n° 80 Politien I (veau brun estampé à froid, fers en écoinçon), n° 81 Politien II (mêmes caractéristiques que le précédent, mais le motif central diffère : trois croissants de lune surmontés d’une couronne)… — Sur plusieurs livres reliés en parchemin on peut encore lire des titres à la plume, la plupart du temps inscrits au dos de la reliure, qu’il s’agisse d’un titre latéral (14 cas) ou longitudinal (7 cas), dispositions dont on pourrait peut-être induire que le volume se présentait debout ou couché au regard de l’usager (Montaigne déjà ?), si l’on s’avise que les sept livres qui ont reçu un titre longitudial au dos sont tous d’une hauteur supérieure à 300 mm : n° 37 Förster, n° 42 Gilles, n° 52 Justinianus, n° 73 Panvinio, n° 88 Strabon, n° 90 Streinnius, n° 97 Végèce. Plus rarement le titre est inscrit sur une tranche, que ce soit en largeur (n° 31 Egnatius et n° 61 Masuer sur la tranche de tête) ou en longueur (n° 55 Léon sur la tranche de gouttière).
  • Colonne L : Localisation actuelle — Les principaux lieux de conservation sont la Bibliothèque nationale de France (33 livres, dont 27 dans le fonds Payen depuis 1873), la Bibliothèque de Bordeaux-Mériadeck (32) et la Bibliothèque universitaire de Cambridge (11 dont 9 dans la collection Gilbert de Botton léguée en 2008). — Répartition par pays : soixante-treize livres en France (Paris 33, Bordeaux 32, Pessac 2, Libourne 2, Périgueux 1, Fontenay-le Comte 1, Toulouse 1, Chantilly 1), quinze en Angleterre (Cambridge 11, Oxford 3, Eton 1), cinq aux USA (Harvard 2, Bloomington-Indiana 1, Charlottesville-Virginie 1,  Williamstown-Massachussets 1), un en Écosse (Édimbourg), un en Espagne (Madrid), un en Suisse (Cologny-Genève), un en Allemagne (Wolfenbüttel, depuis 1666) — Non localisés à ce jour, sept livres ne nous sont connus que par des témoignages ou des catalogues de vente. J’ai toutefois pu en 2009, chez un aimable intermédiaire qui avait pris contact avec moi, examiner et photographier à ma guise, puis transcrire l’intégralité des notes de l’un d’entre eux (n° 93 Térence), qui avait été signalé en 1938 mais avait disparu depuis.

Alain Legros, le 3 avril 2020. Mise à jour : 6 avril 2020

2 réflexions au sujet de «  Liste des livres de Montaigne et de La Boétie conservés ou attestés »

  1. Ping : Des livres en italien dans la « librairie » de Montaigne | EDITEF

  2. Ping : Bibliothèques Humanistes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.