Archives par mot-clé : La Boétie

Numérisation des livres de Montaigne et de La Boétie conservés en Aquitaine : suite et fin (projet LABOREM, Equipex Biblissima)

Cette mise en ligne d’une trentaine d’ouvrages clôture le projet partenarial Laborem mené dans le cadre de l’Equipex Biblissima. Sont désormais consultables en ligne quinze livres ayant appartenu à Michel de Montaigne et conservés dans les bibliothèques de Bordeaux (Mériadeck), de Libourne et de Périgueux : les œuvres d’Horace (Paris, 1543 – FS n°1272), celles d’Ange Politien (Lyon, 1546 – FS n°1277), Diogène Laërce en grec (Bâle, 1533 – FS n°1279), les Commentaires de César en italien et illustrés par Palladio (Venise, 1575 – FS n°1281) ou encore, des ouvrages d’historiens contemporains comme Villani, Richard Strein ou Jean-Papire Masson. Certains volumes légués à Montaigne par son ami Étienne de La Boétie portent l’inscription manuscrite d’un « b » à l’angle supérieur droit de la page de titre, comme Politien ou Diogène Laërce. Plusieurs sont passés dans les mains de personnages éminents comme Jacques-Auguste de Thou, Jean Barbot ou Montesquieu, ou acquis par des établissements religieux bordelais comme les Carmes déchaux des Chartrons ou l’Abbaye bénédictine de Sainte-Croix. Dans les dix volumes des Essais (éd. Pierre Coste : Londres, 1754), nous pouvons lire les annotations de Florimond de Raemond, copiées par François de Lamontaigne à partir d’un exemplaire aujourd’hui disparu.

> Consulter la liste des livres de Montaigne et de La Boétie conservés, Introduction par A. Legros

Mise en ligne des premières numérisations des livres de Montaigne et de la Boétie conservés

Les premiers ouvrages de la bibliothèque de Montaigne numérisés à la bibliothèque Mériadeck (Bordeaux) dans le cadre du projet LABOREM (Equipex Biblissima) sont désormais en ligne. Parmi ceux-ci, signalons notamment un exemplaire des Essais de 1580 enrichi d’annotations manuscrites préparant l’édition de 1582 (FS n° 1226) ou une édition grecque des Orationes de Denys d’Halicarnasse portant un émouvant ex-libris inscrit par le jeune Montaigne à l’âge de 18 ans (FS n° 1236). Signalons également une Bible grecque (FS n° 1231), une édition des œuvres de Justin (n° 1246) ou encore une vie des empereurs romains par Egnazio (n° 1238), tous hérités par Montaigne de son ami étienne de La Boétie.

> Consulter la liste des livres de Montaigne et de La Boétie conservés (introduction par A. Legros)

Le « Discours de la servitude volontaire » dans les Mémoires de l’état de France sous Charles IX (première édition, 1577)

Introduction (A. Legros, 07/03/2015)
Ressources

Introduction

Le « Discours, de la servitude volontaire » a été édité pour la première fois dans son intégralité et sous l’anonymat dans les Mémoires de l’estat de France sous Charles neufiesme (Volume III, 1577, p. 160-191), ouvrage généralement attribué à Simon Goulart et publié à Genève sous une fausse adresse (Meidelbourg, H. Wolf). Un sous-titre précise qu’il contient « les choses plus notables, faites et publiees tant pas les Catholiques que par ceux de la Religion, depuis le troisiesme edit de pacification fait au mois d’Aoust 1570. jusques au regne de Henry troisiesme » (Volume I, 1576).

Continuer la lecture

Traductions et poèmes de La Boétie – Dédicaces et lettre de Montaigne sur sa mort

Localisation : Bibliothèque Nationale de France.

Introduction (A. Legros, 07/03/2015)
Bibliographie
Ressources

Introduction

Deux ans après la publication de sa Théologie naturelle, traduction en français du Liber creaturarum de Sebond effectuée à la demande de son père, Montaigne fait imprimer en 1571 chez Fédéric Morel ce qu’il a pu rassembler des œuvres de son ami décédé huit ans auparavant. Il s’agit de traductions du grec et de poèmes groupés sous un titre composite : La Mesnagerie de Xenophon. Les Regles de mariage, de Plutarque. Lettre de consolation, de Plutarque à sa femme […] Ensemble quelques Vers latins & François, de son invention. En sa qualité d’éditeur, il signale toutefois dans l’« Advertissement au lecteur » du 10 août 1570 qu’il reporte à une moins « malplaisante saison » la publication de deux autres « pieces » dont il possède les manuscrits : « un Discours de la servitude volontaire, et quelques memoires de noz troubles sur l’Edict de Janvier, 1562 ». Rien en revanche n’a pu être recouvré des poèmes grecs de La Boétie, ni de ses poèmes latins et français intitulés « Gironde » que Montaigne dit avoir naguère entendu « reciter ». Quant aux 29 sonnets enchâssés dans le livre I des Essais de 1580 à 1588, ils ne lui seront communiqués que plus tard par le sieur de Poyferré, bien connu de l’un et de l’autre.

Continuer la lecture

Cent notes manuscrites de La Boétie sur sept livres légués à Montaigne, identifiées et transcrites par A. Legros

La Boétie a laissé une centaine de notes de sa main en grec et en latin sur sept livres légués à Montaigne en 1563, livres marqués par l’héritier d’un petit « b. » au coin supérieur droit de la page de titre ainsi qu’onze autres de même provenance : « b » comme « boetie », et ces notes de La Boétie en témoignent s’il était besoin. Montaigne a-t-il fait son profit de ces brèves remarques philologiques ? En feuilletant les livres de son ami, il a pu du moins s’arrêter un moment sur telle ou telle sentence que celui-ci avait surlignée, parfois surpris d’un douloureux « pensement ».
> Introduction et édition par Alain Legros

La Boétie et Montaigne : bibliothèques privées en Aquitaine (LABOREM)

Porté par la Bibliothèque municipale de Bordeaux en partenariat avec les Bibliothèques Virtuelles Humanistes (CESR), la Médiathèque Condorcet de Libourne, la Bibliothèque municipale de Périgueux et la Bibliothèque universitaire de Lettres (SCD Bordeaux III), ce projet contribuera à la connaissance des bibliothèques privées à la Renaissance par la numérisation de la Bibliothèque de La Boétie, suite à la découverte d’un sous-ensemble constitué par des livres lui ayant appartenu au sein notamment de la bibliothèque de Montaigne.
> En savoir plus sur le site du Biblissima
> En savoir plus sur le projet «MONtaigne à l’Œuvre»

Un manuscrit inédit du Discours de la servitude volontaire de La Boétie

Conservé à la Bibliothèque Mériadeck de Bordeaux et connu de peu de personnes depuis sa découverte par Jules Delpit et sa redécouverte par Hélène de Bellaigue dans les papiers de Louis Desgraves, ce manuscrit anonyme de 1605, daté et transcrit pour les BVH par Alain Legros, pourrait bien être la copie d’un état du texte plus ancien que tous ceux qui nous sont parvenus (on lira bientôt à ce sujet une étude de Michel Magnien). Quatre poèmes suivent ces pages célèbres, puis une page entièrement cancellée où l’on distingue deux cœurs entourés de fermesses (s barrés), symboles d’amour et de fidélité en vogue sous Henri III et Henri IV.

> Introduction et édition inédite par Alain Legros
> Fac-similé (site BVH)