Archives par mot-clé : Annotations

L’Exemplaire de Bordeaux des Essais de Montaigne numérisé et en ligne

La ville de Bordeaux a confié à la Bibliothèque nationale de France le soin de numériser l’une des plus précieuses de ses pièces : l’Exemplaire dit de Bordeaux des Essais de Montaigne. Publié en 1588 et largement annoté par l’auteur jusqu’à sa mort, en 1592, le volume a fait l’objet d’une expertise technique et d’une numérisation sur mesure au Centre de conservation Joël-le-Theule de la BnF. Chacun peut désormais le consulter en ligne sur Gallica et sur Séléné.

Continuer la lecture

Publication sur Epistemon de l’Édition numérique XML-TEI des Essais de Michel de Montaigne, 1588, dit « Exemplaire de Bordeaux »

Cet exemplaire exceptionnel des Essais de 1588, dit « Exemplaire de Bordeaux » car il est conservé à la Bibliothèque Mériadeck de cette ville (Réserve S 1238), est édité à partir d’un encodage en XML-TEI de façon à présenter le texte selon ses très nombreuses modifications manuscrites autographes. Cette édition numérique permet de chercher dans l’imprimé comme dans les additions et les biffures, ponctuation incluse. Les restitutions, indispensables du fait des marges rognées par le relieur, sont effectuées à partir de l’édition de 1595 (exemplaire de l’Université de Cambridge, collection Gilbert de Botton).

Consulter l’édition numérique de l’exemplaire de Bordeaux des Essais, 1588

Mise en ligne des premières numérisations des livres de Montaigne et de la Boétie conservés

Les premiers ouvrages de la bibliothèque de Montaigne numérisés à la bibliothèque Mériadeck (Bordeaux) dans le cadre du projet LABOREM (Equipex Biblissima) sont désormais en ligne. Parmi ceux-ci, signalons notamment un exemplaire des Essais de 1580 enrichi d’annotations manuscrites préparant l’édition de 1582 (FS n° 1226) ou une édition grecque des Orationes de Denys d’Halicarnasse portant un émouvant ex-libris inscrit par le jeune Montaigne à l’âge de 18 ans (FS n° 1236). Signalons également une Bible grecque (FS n° 1231), une édition des œuvres de Justin (n° 1246) ou encore une vie des empereurs romains par Egnazio (n° 1238), tous hérités par Montaigne de son ami étienne de La Boétie.

> Consulter la liste des livres de Montaigne et de La Boétie conservés (introduction par A. Legros)

Un millier de notes de Montaigne sur son exemplaire de Lucrèce

Déjà en ligne sur le site des BVH, le fac­-similé intégral du Lucrèce annoté par Montaigne (original à Cambridge) et la transcription du millier de notes autographes qu’il contient (par A. Legros, et selon trois versions) n’attendait plus que son introduction pour apparaître dans la liste des ouvrages contenant des notes de lecture de Montaigne. C’est chose faite.
> Introduction et édition par Alain Legros
> Fac-similé en ligne sur les BVH

Cent notes manuscrites de La Boétie sur sept livres légués à Montaigne, identifiées et transcrites par A. Legros

La Boétie a laissé une centaine de notes de sa main en grec et en latin sur sept livres légués à Montaigne en 1563, livres marqués par l’héritier d’un petit « b. » au coin supérieur droit de la page de titre ainsi qu’onze autres de même provenance : « b » comme « boetie », et ces notes de La Boétie en témoignent s’il était besoin. Montaigne a-t-il fait son profit de ces brèves remarques philologiques ? En feuilletant les livres de son ami, il a pu du moins s’arrêter un moment sur telle ou telle sentence que celui-ci avait surlignée, parfois surpris d’un douloureux « pensement ».
> Introduction et édition par Alain Legros

Publication des quelque 700 notes de Montaigne et de son secrétaire sur un César de 1570

Montaigne admirait César, dont il blâmait pourtant l’ambition toute dictatoriale. On peut le lire dans ses Essais, mais aussi, à une époque où le grand livre était encore en cours de rédaction, dans les notes manuscrites laissées sur le César de 1570 conservé à Chantilly. En particulier dans une longue note de synthèse autographe sur la Guerre civile, dont la lecture a été achevée en février 1578, quelques mois avant celle de la Guerre des Gaules. Deux mains : celle d’un probable secrétaire lisant à haute voix, écrivant sous dictée ou contrôle, et qui s’arrête au milieu de ce dernier récit ; celle de Montaigne qui, prenant le relais, intervient dans le champ du premier scripteur, achève son travail sur le premier commentaire, et couvre l’ensemble du second, attentif à la diversité des mœurs, aux techniques, à la géographie, aux caractères individuels, à la stratégie militaire, aux morts exemplaires.
> Introduction et édition par Alain Legros

Publication inédite d’autographes de Montaigne en marge de son exemplaire de Franchi Conestaggio

Conservé à la Bibliothèque municipale de Bordeaux (Mériadeck), un exemplaire du livre italien de Franchi Conestaggio sur l’union du Portugal à la couronne de Castille (Gênes, 1585) contient non seulement la signature de Montaigne au titre, mais aussi une note autographe et un certain nombre de signes également autographes qui signalent son intérêt pour tel ou tel passage, en particulier ceux où il est question de Français et celles qui décrivent des morts édifiantes au combat. Celle de Moleï Moluc, roi de Fez, qui a inspiré une longue addition des Essais posthumes, avait d’abord été mise par écrit sur l’Exemplaire de Bordeaux par Marie de Gournay dès l’été 1588. Le présent inédit doit son existence à une heureuse observation de Toshinori Uetani (BVH).
> Introduction et édition par Alain Legros

Publication inédite : Plus de 200 notes autographes de Montaigne en marge d’un Térence de 1538

Le Térence que Montaigne avait annoté de sa main fait partie d’une collection particulière. Les BVH ne sont malheureusement autorisées à en diffuser que quelques images numériques. Les transcriptions et traductions renouvelées d’A. Legros permettent néanmoins de montrer le grand intérêt de ces annotations en latin et en grec, rédigées à 16 puis à 20 ans (deux ex-libris). De quoi mesurer tout ce que devait le jeune homme à ses années de collège : exigences grammairiennes, attention philologique, éveil à la philosophie morale, pratique de la sentence, et même familiarité avec le théâtre. Dans ses Essais, Montaigne dira plus tard qu’il n’a cessé toute sa vie de relire Térence, toujours avec autant de plaisir que de profit.
> Introduction et édition par Alain Legros

Les annotations de Montaigne, notes de lecture et autres documents privés

Parmi les livres de la bibliothèque de Montaigne, plusieurs présentent l’intérêt d’avoir été annotés par Montaigne lui-même à divers âges. Leur numérisation est pour A. Legros l’occasion de reprendre l’édition de ces notes selon trois états successifs (diplomatique, régularisé, modernisé) sur le modèle du Lucrèce déjà en ligne. Son édition renouvelée des inscriptions peintes au plafond permet en outre, par un jeu de couleurs, de mieux apprécier les différences de lisibilité des lettres, de revoir les traductions et d’ajouter deux sentences aux 66 déjà publiées.
> Lire l’article Les annotations de Montaigne, notes de lecture et autres documents privés (sur le carnet de recherche des BVH, par A. Legros)
> Introduction et éditions des notes de lecture de Montaigne (par A. Legros)
> Introduction sur les inscriptions de la tour de Montaigne

Projet « Montaigne à l’œuvre » : Édition numérique à l’essai « De la Force de l’imagination » (I,21 dans 1588-EB)

Quatre fac-similés réalisés à la Bibliothèque universitaire de Cambridge dans le cadre du projet MONLOE (Montaigne à l’œuvre) sont désormais en ligne sur le site BVH, incluant l’édition des Essais publiés par Marie de Gournay en 1595.

Afin de donner un exemple des possibilités offertes par l’édition numérique des textes du XVIe siècle, des tests sont en cours sur le chapitre « De la force de l’imagination » (I, 21) des Essais de Montaigne selon l’Exemplaire de Bordeaux (exemplaire rogné du texte de 1588, corrigé et amplifié par l’auteur et de sa main). Pour aider à la lecture du document original ou de son exact fac-similé, la transcription de ce chapitre selon quatre états, par Alain Legros, ainsi que sa reproduction numérique, sont disponibles en ligne.

> En savoir plus (Introduction par A. Legros)
> Consulter les fac-similés de Cambridge (sur le site BVH)