Archives par mot-clé : Essais 1588

[Addendum] 29. Dédicace d’un exemplaire des Essais de 1588 à Antoine Loisel (sans lieu ni date)

Addendum du 05/02/2021
Selon John O’Brien, que nous remercions pour ces précisions.

Montaigne était au moins présent lors de la première des deux remontrances prononcées par Loisel à Bordeaux le 31 mars 1582. En témoigne l’épître dédicatoire de la seconde remontrance bordelaise « De l’œil des rois et de la justice », qui lui est adressée d’Agen le 1er novembre 1582 : « Si vous pristes quelque contentement d’ouyr ce que ie dis à l’ouuerture de nostre premiere seance, comme vous m’en fistes deslors quelque demonstrance… ». Le texte de cette dédicace est reproduit par J. Balsamo et M. Simonin, Abel L’Angelier et Françoise de Louvain, Genève, Droz, 2002, p. 266.

> Voir : 29. Dédicace d’un exemplaire des Essais de 1588 à Antoine Loisel (sans lieu ni date)

 

[Vidéo] Restauration de l’exemplaire dit « de Bordeaux », des Essais de Michel de Montaigne

L’exemplaire dit « de Bordeaux », des Essais de Michel de Montaigne vient d’être restauré. Pour le voir, voici un petit documentaire réalisé par la librairie Mollat, avec les interventions des partenaires impliqués dont Alain Legros, chercheur associé au CESR de Tours.

Et pour prolonger la découverte, (re)lisez la présentation de ce trésor national (par Alain Legros et Marie-Luce Demonet) mais aussi, l’édition numérique intégrale en ligne sur les « Bibliothèques virtuelles humanistes » : Michel de Montaigne, Essais, Paris, 1588.

Avec les interventions de :

  • Matthieu Gerbault, Conservateur du fonds patrimonial de la Bibliothèque de Bordeaux
  • Francis Arnaud, Délégué général, Fondation du Patrimoine
  • Régis Barbier, Président du groupe IDAIA
  • Violaine Giacomotto-Charra, Professeur de littérature et langue françaises, Université de Bordeaux
  • Alain Legros, Chercheur associé du Centre d’études supérieures de la Renaissance (Université de Tours, UMR 7323)
  • Coralie Barbe, Restauratrice du Patrimoine, livres et document graphiques.

 

L’Exemplaire de Bordeaux des Essais de Montaigne numérisé et en ligne

La ville de Bordeaux a confié à la Bibliothèque nationale de France le soin de numériser l’une des plus précieuses de ses pièces : l’Exemplaire dit de Bordeaux des Essais de Montaigne. Publié en 1588 et largement annoté par l’auteur jusqu’à sa mort, en 1592, le volume a fait l’objet d’une expertise technique et d’une numérisation sur mesure au Centre de conservation Joël-le-Theule de la BnF. Chacun peut désormais le consulter en ligne sur Gallica et sur Séléné.

Continuer la lecture

Publication sur Epistemon de l’Édition numérique XML-TEI des Essais de Michel de Montaigne, 1588, dit « Exemplaire de Bordeaux »

Cet exemplaire exceptionnel des Essais de 1588, dit « Exemplaire de Bordeaux » car il est conservé à la Bibliothèque Mériadeck de cette ville (Réserve S 1238), est édité à partir d’un encodage en XML-TEI de façon à présenter le texte selon ses très nombreuses modifications manuscrites autographes. Cette édition numérique permet de chercher dans l’imprimé comme dans les additions et les biffures, ponctuation incluse. Les restitutions, indispensables du fait des marges rognées par le relieur, sont effectuées à partir de l’édition de 1595 (exemplaire de l’Université de Cambridge, collection Gilbert de Botton).

Consulter l’édition numérique de l’exemplaire de Bordeaux des Essais, 1588

Essais de 1588 et Exemplaire de Bordeaux

Localisation : Bibliothèque de Bordeaux-Mériadeck.

Introduction : L’Exemplaire de Bordeaux (A. Legros, 07/03/2015)
Présentation : Édition numérique de l’Exemplaire de Bordeaux (M-L. Demonet, 06/12/2015)
Bibliographie
Ressources

Édition numérique

Introduction : L’Exemplaire de Bordeaux

L’exemplaire dit de Bordeaux (ci-dessous EB) étant, comme on sait, un exemplaire de l’édition de 1588 retravaillé par Montaigne, qui y a multiplié les corrections et les additions de sa main, il permet non seulement d’avoir accès aux modifications apportées par l’auteur au texte édité en 1588, à l’exception des lacunes (l’exemplaire a été rogné), mais aussi de considérer que ce texte de 1588, même imparfait, a été validé comme tel par celui qui en a fait la base de son nouveau chantier.

Continuer la lecture