Montaigne dans les Registres Secrets du Parlement de Bordeaux

Localisation : Archives municipales de Bordeaux, Bibliothèque nationale de France (Manuscrits)

Introduction (A. Legros, 27/09/2016)
Photographies

Introduction

Outre les pièces originales, groupées par liasses, des arrêts ou dicta au rapport de Montaigne et le signalement de sa présence comme conseiller au bas d’autres dicta rapportés par tel ou tel collègue, qui nous renseignent, avec précision de mois et de jour, sur l’activité de Montaigne comme juge aux Enquêtes, nous disposons d’une autre source trop souvent négligée, où son nom figure dans les listes de conseillers admis à siéger au début de chaque année parlementaire. Il s’agit d’une copie manuscrite du XVIIIe siècle, intitulée, année par année, Registre secret du Parlement de Bordeaux Commençant le […] Recuielli [sic] et mis en ordre Par les soins de François Martial de Verthamon D’ambloy, Bordeaux 1770. Cette copie est conservée aux Archives municipales de Bordeaux (AmB). Les registres propres aux années 1557-1570 intéressant Michel Eyquem de Montaigne se trouvent aux tomes 7 à 19. On doit déplorer toutefois quelques lacunes, et l’original du registre de 1567-1568 avait déjà disparu au temps de Verthamon.

Par bonheur, conservée au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France (site Richelieu, fonds Colbert), une autre copie, de même époque ou plus ancienne, permet de savoir dans quelle Chambre a siégé Montaigne durant cette année 1567-1568 : il avait été affecté à la Tournelle, qui était composée par roulement de conseillers en nombre réduit prélevés sur les trois autres Chambres : Grand Chambre qui promulgue les arrêts, Première et Seconde Chambre des Enquêtes qui les rédigent et qui jugent au civil. La Tournelle jugeant, quant à elle, au criminel et ses membres n’étant jamais titulaires, on comprend mieux, grâce à cette précieuse pièce, inédite, ce que dira un jour l’auteur des Essais en se remémorant l’époque où il rendait la justice : « lors que l’occasion m’a convié aux condemnations criminelles, j’ay plustost manqué à la justice […] Les jugements ordinaires, s’exasperent à la punition par l’horreur du meffaict. Cela mesme refroidit le mien. L’horreur du premier meurtre, m’en faict craindre un second. Et la laideur de la premiere cruauté m’en faict abhorrer toute imitation. » (III, 12, selon l’édition de la Pléiade, 2007, p. 1110). Sur tous les autres registres où, selon la copie Verhamon conservée aux Archives municipales de Bordeaux, son nom est mentionné, y compris sur celui de l’année 1568-1569 qui passe pour disparu, Montaigne figure dans la liste des membres de la Première Chambre des Enquêtes. Parmi eux se trouvent aussi ses collègues transférés de la Cour des Aydes de Périgueux au Parlement de Bordeaux, comme indiqué dans le Registre Secret de l’année 1557-1558.

Voici donc, à partir des documents dont nous disposons, les listes de conseillers où le nom de Montaigne apparaît (ici souligné) dans les copies des Registres secrets (RS), complément indispensable à toute étude des arrêts du Parlement de Bordeaux au rapport de Montaigne.

  • 1557 (décembre) : « Ce sont les noms de ceux qui ont été pourvus à exercer les Etats de la Cour des aydes à Perigueux / Presidents / Messires / Fronton de Beraud chevalier / Antoine de Pomiers / Conseillers / Messieurs / Bertrand de Macanan / Michel Eyquem de Montaigne / Bertrand de Lambert / Jean de Saint Angel / Etienne Daringes / François Fayard / Jacques de Bruzac / Jean Barbarin / Pierre Blanchier / François de Merle / Jean Faure [suivent les noms de l’avocat général, du procureur général, du greffier, du payeur, du receveur des amendes, de trois huissiers et du signataire] » (AmB, RS, tome 7, ms 764, p. 700-702).

Le nom de Montaigne n’apparaît dans aucun des Registres Secrets des années 1558-1559, 1559-1569 et 1560-1561, trois années au cours desquelles il a dû être affecté aux Requêtes (AmB, RS, tomes 8-10, mss 765-767). Ce n’est qu’en novembre 1561 qu’on trouve pour la première fois son nom, dans la liste des conseillers siégeant à la Première Chambre des Enquêtes.

  • 1561 (12 novembre): « Premiere Chambre des Enquètes / Presidans / Messieurs / Leonard Dalesme / François De la guyonnie / Conseillers / Maitres / Bertrand D’arnoul / Etienne De la Boetie / Joseph Eymar / Jean Du Duc / Joseph De Alis / Jean de Massey / François Le Comte / Hugues de Casaulx / Bertrand de Macanan / Michel Eyquem de Montaigne / François de Fayard / Jacques de Brussac / Bertrand Duplessy / Pierre de Saint Angel » (AmB, RS, tome 11, ms 768, p. 58-59 : année 1561-1562)

Par erreur, en page suivante (60), dans la liste des conseillers de la Seconde Chambre des Enquêtes, le copiste signale la présence de « Legier de Montaigne » au lieu de « Montaignac ».

Le 12 juin 1562, Michel fait profession de foi catholique pour être admis à siéger au Parlement de Paris. Sans doute lors d’une cérémonie identique à celle qui est décrite dans l’un des Registres Secrets (tome 14, ms 771) à propos de la réception de Pierre Blanchier comme conseiller, en novembre de la même année : « Et avant que aller à la messe ledit Blanchier a fait la profession de foy en mains du premier president mettant la main sur le tableau auquel la passion de Notre Seigneur est representée telle que les autres presidents et conseillers ont fait cy-devant. »

  • 1562 (12 novembre) : « Sont Entrés en la grand chambre / Messires Jacques Benoist de lagebaston / premier, geoffroy de la chassaigne […] hugues de Casaulx, Michel / Eyquem de Montaigne, Jean de Saint Angel / Jacques de Brusac, …… Barbarin, / pierre Blanchier, guillaume de Merle, pierre / de Saint Angel / Sarran de Lalanne Conseillers / du Roy » (AmB, RS, tome 15, ms 772, p. 1-2 : année 1562-1563).

Liste lacunaire quant à l’« entrée » elle-même, et sans information sur la composition des quatre Chambres.

« Comme je revenois du Palais le lundi neufiéme d’Aoust. 1563. Je l’envoyai convier à disner chez moy […] » (Extraict d’une Lettre sur la mort de La Boétie, dans la Mesnagerie de Xenophon et autres traductions et poèmes de La Boétie, Paris, F. Morel, 1571, p. 122). L’ami de Montaigne mourra neuf jours plus tard à Germignan, le 18 août 1563.

  • 1563 (12 novembre) : « Premiere Chambre des Enquestes / Presidens / Maitres / Leonard Alesme / françois de Guyonnie/ Conseillers / Maitres / Joseph Deymar / Antoine Beringuier / Joseph de Alis / Jehan de Massey / françois Le Comte / Jehan de Rignac / Bertrand de Macanam / Michel Eyquem de Montaigne / François fayard / Jehan de Barbarin / Bertrand Duplessy » (AmB, RS, tome 15, ms 772, p. 376-377 : année 1563-1564).
  • 1564 (13 novembre) : « Premiere Chambre des Enquetes / Presidents / Messieurs / Leonard de Alesme / François De la guyonnie/ Conseillers / Maitres / Joseph de Eymar / Jean Du Duc / antoine de Beringier / Joseph de Alis / François Le Comte / Jean de Rignac  / Hugues de Casaulx / Bertrand de Macanan / Michel de Montaigne / François de Merle / Bertrand Duplessis / et Mathurin Gilibert » (AmB, RS, tome 16, ms 773, novembre, p. 275-276 : année 1564-1565).

23 septembre 1565 : mariage de Michel de Montaigne avec Françoise de La Chassaigne, fille de Geoffroy de La Chassaigne, deuxième président à la Grand Chambre.

  • 1565 (12 novembre) — Le nom de Montaigne ne figure pas dans la liste non hiérarchisée et sans doute lacunaire (dix-huit noms de conseillers seulement, toutes Chambres confondues) de ceux qui « sont entrés » le jour de la Saint-Martin, comme à l’accoutumée. (AmB, RS, tome 17, ms 774, novembre, p. 1-2 : 1565-1566).

Dans le même registre, le copiste note plus loin, en regroupant les années 1566, 1567 et 1568, qu’il ne disposait d’aucun vestige de registre depuis le 30 août 1566 jusqu’au 13 novembre 1569, mais qu’un libraire lui a procuré de quoi combler en partie cette lacune quant à « l’entrée » du 13 novembre 1568 (AmB, RS, tome 17, ms 774, novembre, p. 665). Une copie des Registres Secrets du Parlement de Bordeaux conservée aux Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France permet de combler, quant à elle, la lacune de l’année précédente (références ci-dessous).

  • 1567 (13 novembre) : « Tournelle, / Messieurs / Le president de Roffignac, / Conseilliers, / Guillaume de vergoing, / Charles de Malvyn, / Jehan de Guilloche, / Jehan de Monench, / Jehan de Mabrun, / Pierre Sevyn, / Florens de Nort, / Anthoine de poynet, / Michel Eyquen [sic] de Montaigne, / Francois Merle, / Bertrand Duplessis » (BnF, Manuscrits, Fonds Colbert : fr 22373, « Registres secrets du Parlement de Bordeaux », III, 1567-1568, p. 4).

Si le nom de Montaigne n’apparaît pas dans la liste de ceux qui « sont entrés » cette année-là le 12 novembre, c’est en raison du congé « d’une sepmaine seulement » qui lui a été octroyé ainsi qu’à quelques autres, comme il est spécifié en page 3 de ce même registre. La composition des chambres n’en est pas moins arrêtée.

« Maître Michel (Eyquem) de Montaigne » devient « Messire Michel Seigneur de Montaigne » à la mort de son père, le 18 juin 1568, en tant qu’héritier du nom et de la terre, ce dont plus tard le titre de ses « premiers » Essais ne manquera pas de rappeler.

  • 1568 (13 novembre) : « Premiere [Chambre des Enquêtes] / Leonard Alesme president / françois de la Guyonnie president / Conseillers / Messieurs / Antoine Poinet / Eyquem de Montagne [sic] / françois de fayard / françois Merle / Bertrand duplessy / Mathurin Gilibert / Remond de pontac / Jean delange / francois de Nesmond / Geoffroy Martonie » (AmB, RS, tome 17, ms 774, p. 667 : année 1568-1569).
  • 1569 (15 novembre) — Montaigne n’est inscrit dans aucune des quatre Chambres. Ses collègues Rignac, Nort, Casaulx, Poynet, Fayard, quant à eux, accèdent à la Grand Chambre (AmB, RS, tome 18, ms 775, p. 698-699 : année 1569-1570)

23 juillet 1570 : Montaigne résigne sa charge de conseiller en faveur de Florimont de Raemond. En avril 1570, il avait édité à Paris des traductions et poèmes de son ami La Boétie. Au début de l’année précédente, il avait fait imprimer à Paris sa traduction de la Theologia naturalis de Sebond. Le 28 février 1571, jour de son anniversaire, il fait peindre dans sa tour une inscription latine où il se déclare « dégoûté du service de la Cour » (autrement dit de sa charge de conseiller du roi au Parlement) et déterminé à se consacrer désormais à lui-même, dans la compagnie des Muses.

Alain Legros
27 septembre 2016

 

Photographies

RS 1557-58 (1re Enquêtes), Archives municipales de Bordeaux. Photo A. Legros

1. RS 1557-58 (1re Enquêtes), Archives municipales de Bordeaux. Photo A. Legros.

RS 1561-62 (titre), Archives municipales de Bordeaux. Photo A. Legros.

2. RS 1561-62 (titre), Archives municipales de Bordeaux. Photo A. Legros.

RS 1561-62 (1re Enquêtes), Archives municipales de Bordeaux. Photo A. Legros.

3. RS 1561-62 (1re Enquêtes), Archives municipales de Bordeaux. Photo A. Legros.

RS 1562-63 (1re Enquêtes), Archives municipales de Bordeaux. Photo A. Legros.

4. RS 1562-63 (1re Enquêtes), Archives municipales de Bordeaux. Photo A. Legros.

RS 1562-63 (suite), Archives municipales de Bordeaux. Photo A. Legros.

5. RS 1562-63 (suite), Archives municipales de Bordeaux. Photo A. Legros.

RS 1563-64 (1re Enquêtes), Archives municipales de Bordeaux. Photo A. Legros.

6. RS 1563-64 (1re Enquêtes), Archives municipales de Bordeaux. Photo A. Legros.

RS 1564-65 (1re Enquêtes), Archives municipales de Bordeaux. Photo A. Legros.

7. RS 1564-65 (1re Enquêtes), Archives municipales de Bordeaux. Photo A. Legros.

8. RS 1567-68 (plat), Bibliothèque nationale de France. Photo A. Legros.

8. RS 1567-68 (plat), Bibliothèque nationale de France. Photo A. Legros.

9. RS 1567-68 (dos), Bibliothèque nationale de France. Photo A. Legros.

9. RS 1567-68 (dos), Bibliothèque nationale de France. Photo A. Legros.

10. RS 1567-68 (titre), Bibliothèque nationale de France. Photo A. Legros.

10. RS 1567-68 (titre), Bibliothèque nationale de France. Photo A. Legros.

11. RS 1567-68 (Tournelle), Bibliothèque nationale de France. Photo A. Legros.

11. RS 1567-68 (Tournelle), Bibliothèque nationale de France. Photo A. Legros.

12. RS 1568-69 (1re Enquêtes), Archives municipales de Bordeaux. Photo A. Legros.

12. RS 1568-69 (1re Enquêtes), Archives municipales de Bordeaux. Photo A. Legros.

Une réflexion au sujet de « Montaigne dans les Registres Secrets du Parlement de Bordeaux »

  1. Ping : Éditer Montaigne | Avancement & poursuites | Bibliothèques Humanistes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.