Inscriptions du «  cabinet  » et dédicace perdue de la librairie

Localisation : Tour de Montaigne.

Introduction (A. Legros, 07/03/2015)
Dédicace de la « librairie » à La Boétie (A. Legros, 2015)
Inscriptions du « cabinet » (A. Legros, 2015)
Photographies (A. Legros)
Lien : Restitution 3D de la « librairie »
Lien : Tombeau de Montaigne

Introduction

Ceux qui ont visité la tour de Montaigne à la fin du XVIIIe siècle et au début du siècle suivant jusqu’au début des années 1820 pouvaient encore voir les cinq degrés de « tablettes » de la bibliothèque dépouillée de ses livres. En témoignent plusieurs relations de Prunis à Audierne en passant par Bouquier, qui précise que des sentences analogues à celles du plafond étaient peintes sur l’épaisseur de ces tablettes, et Latapie, qui en signale d’autres au plafond du « cabinet ». Dans cette dernière pièce se trouvent encore, mais sur les murs, une longue inscription d’inauguration et les menus vestiges d’une légende d’ex-voto. Quant à la dédicace à La Boétie, elle a entièrement disparu avec la frise où elle courait, tout en haut du meuble de bibliothèque. Nécessairement conjecturale, sa restitution ne peut se faire qu’à partir de rares témoignages anciens, lacunaires mais assez concordants. Il en est de même de la légende d’ex-voto du « cabinet ».

À un détail près (le solécisme RECESSIT pour un probable ABDERE GESTIT), la longue inscription inaugurale semble avoir été plutôt bien restaurée si on s’en rapporte au relevé de Prunis (1770). Elle dit tour à tour, en termes assez solennels, combien « Michael Montanus » était fatigué, et même dégoûté (intensif pertæsus) de sa charge parlementaire qu’il venait de résigner, et heureux de pouvoir désormais, à l’âge de 38 ans, profiter chez lui de la compagnie des Muses, dans la « tanière » ancestrale (auitas latebras) dont il allait faire son « siège » (sedes). On retrouve là, dans leur version latine, certains mots de la description des lieux qui clôt le chapitre III, 3. Le père de Montaigne est mort trois ans avant cette installation, que le nouveau seigneur des lieux date du 28 février 1571, jour anniversaire de sa naissance (il datera l’avis « Au Lecteur » du lendemain, 1er mars, premier jour de l’année dans le calendrier de l’ancienne Rome). Comme le loup de La Fontaine, il « se forge une félicité » : s’ouvre pour lui un temps entièrement consacré à soi, une « vita nuova » d’heureuse solitude inspirée de Sénèque, avec une sorte de programme en trois points : libertas, tranquillitas, otium.

Loin des tracas de la Cour bordelaise, retiré sur ses terres, Montaigne jouit sans doute quelque temps d’être devenu ce dominus bien romain qu’il désirait être, entièrement voué à l’otium litteratum que tous ses amis et collègues ont appris eux aussi à trouver désirable, surtout quand leurs charges ou la construction de leurs carrières les accablent. La désillusion ne tardera pas, ainsi qu’on peut le lire dans le court et très ancien chapitre « De l’oisiveté » (Essais, I, 8) : « Dernierement que je me retiray chez moy, deliberé autant que je pourroy, ne me mesler d’autre chose, que de passer en repos, et à part, ce peu qui me reste de vie : il me sembloit ne pouvoir faire plus grande faveur à mon esprit, que de le laisser en pleine oysiveté, s’entretenir soy-mesmes, et s’arrester et rasseoir en soy : Ce que j’esperois qu’il peust meshuy faire plus aysément, devenu avec le temps, plus poisant, et plus meur : Mais je trouve, variam semper dant otia mentem, qu’au rebours faisant le cheval eschappé, il se donne cent fois plus de carriere à soy-mesmes, qu’il ne prenoit pour autruy : et m’enfante tant de chimeres et monstres fantasques les uns sur les autres, sans ordre, et sans propos, que pour en contempler à mon ayse l’ineptie et l’estrangeté, j’ay commencé de les mettre en rolle : esperant avec le temps, luy en faire honte à luy mesmes. » Ainsi présentés, les Essais sont d’abord une bride pour ce cheval fou de l’imagination qu’une « oisiveté trop lasche » (II, 37) a malencontreusement fait surgir.

Il faut encore avoir les Essais en main si on veut restituer le texte d’une légende d’ex-voto qui faisait le tour d’un tableau ovale où était peinte une scène de naufrage (rares vestiges : un mât, un rocher, un naufragé nageant). Prunis l’a fait pour nous en 1770. Plus tard, en 1861, Galy et Lapeyre ne liront plus que MARIS DEO… STABVLA SACRA… ES… D… BV… ENDI. Aujourd’hui seules quatre lettres subsistent : MAR, puis E. Si l’on s’en rapporte à la transcription de Prunis (Potenti vestimenta maris Deo me tabula sacer votiva paries indicat uvida suspendisse), il s’agit de quatre vers d’Horace, mis ici bout à bout, que Montaigne citera dans « Sur des vers de Virgile » (Essais, III, 5) au milieu de confidences sur sa sexualité déclinante, sur ses souvenirs et ses fantasmes. Avaient-ils déjà ce sens ou bien un autre quand Montaigne les a fait peindre au-dessus de la porte basse où l’on passe pour retourner dans la bibliothèque comme on entrerait dans un temple (sacer paries) ?

Celle-ci avait été dédiée à l’amitié plus encore qu’à la science. On y lisait jadis une dédicace à La Boétie, relevée, elle aussi, en 1770 par Prunis qui, dans sa publication de 1774, a marqué de points de suspension les mots manquants ou incertains : « Sur la plus haute planche de la Bibliotheque, on lit une Inscription latine assez longue, mais remplie de lacunes. La voici : Dulcissimi suavissimiq. sodalis et conjunctissimi, quo nihil melius vidit nostra ætas, nihil doctius, nihil venustius, nihil sane perfectius ; Michaël Montanus tam charo vitæ præsidio misere orbatus, dum mutui amoris gratiq. animi… nect… immemoris singulare… quod extare cuperet monumentum quando… significente potuit eruditam hanc… præcipuam suppellectilem, suas delicias… 

La lacune du début de l’inscription a été remarquée par Latapie en 1778 : « Tout le reste était occupé par cinq rangs de tablettes qui soutenaient ses livres, et dont la dernière était ornée d’une frise sans aucun ornement et où est gravée une inscription touchante en l’honneur de son ami La Boétie, je le conjecture du moins, car le commencement de l’inscription a été enlevé. ». Un peu plus tard, dans une lettre à un ami, le peintre et conventionnel Bouquier lira encore quelques-uns des mots de l’inscription qui couronnait le meuble : « [Une] tradition dit qu’Éléonore de Montaigne, fille et élève de Michel, fit l’inscription suivante pour être mise au bas du portrait du grand homme : Nihil dulcius, nihil melius, nihil pravius [sic pour perfectius ou gravius ?] vidit nostra ætas Michæle Montano. J’ai vu le portrait, il est frappant par la vivacité des yeux ; l’ensemble des autres traits du visage caractérise un homme sérieux, pensif et même mélancolique. L’inscription ci-dessus n’est pas au bas de ce portrait, elle est seulement écrite sur l’épaisseur d’une vitrine [sic, pour tablette d’exposition ?] de la bibliothèque ». L’œil de Latapie permet de rectifier les choses : il ne pouvait s’adresser qu’à La Boétie, ce texte élogieux, voire dithyrambique, au reste syntaxiquement construit comme celui de l’inscription murale du « cabinet ».

Les deux pièces du troisième étage de la tour constituent ainsi un continuum, une sorte de sanctuaire où les noms de Montaigne et de La Boétie sont joints si étroitement qu’on se met à penser, en ces lieux et avec l’aide d’Amyot traducteur de Plutarque, aux Dioscures jumeaux : « Ceulx de la ville de Sparte appellent les anciennes figures dediees et consacrees à l’honneur de Castor et Pollux Docana, qui vault autant à dire, comme les poultres des Roys, ce sont deux pieces de bois distantes egalement l’une de l’autre, conjoincte par deux equidistantes aussi en travers, et semble que ce soit une devise bien propre et convenable à l’amitié fraternelle de ces deux Dieux, pour montrer l’union indivisible qui estoit entre eux. »

Dédicace de la « librairie » à La Boétie

Inscriptions du « cabinet »

Photographies

Inscription du cabinet

Entrée solennelle de Montaigne en retraite le 2! février 1571 – A. Legros

Peinture du cabinet

Vestige d’un vers d’Horace autour d’une scène de naufrage – A. Legros

Restitution 3D de la « librairie »

Tombeau de Montaigne

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.